Le ministre tunisien de l’Energie répond au refus de l’Algérie de fournir du gaz à la Tunisie

0
gaz
Advertisement

Le ministre tunisien de l’Energie et de l’Industrie, Naila Nouira, a catégoriquement démenti toute intention de l’Algérie de couper l’approvisionnement en gaz de la Tunisie .

Naila Nouira a expliqué que ce qui se passe sur ce dossier ne sont que des rumeurs, soulignant que « les relations algéro-tunisiennes sont très excellentes et nous sommes en parfaite harmonie à tous les niveaux ».

Nouira a déclaré: « En ce qui concerne le gaz entre la Tunisie et l’Algérie, il existe des contrats datant des années 90, et selon les contrats, l’Algérie fournit le gaz à la Tunisie, et le contrat se déroule naturellement des deux côtés. »

Elle a souligné dans une déclaration à la chaîne nationale tunisienne que : « Parfois, nous avons des demandes supplémentaires, et cela est en place depuis des années, surtout pendant les heures de pointe, et il y a toujours une réponse positive de l’Algérie ».

Elle a ajouté: « Aujourd’hui, nous sommes en contact avec des partenaires en Algérie et nous cherchons à trouver une solution concernant les demandes supplémentaires, malgré la situation difficile compte tenu de la guerre russo-ukrainienne et de la demande croissante de gaz en Europe ».

Les déclarations du secrétaire général de l’Université générale tunisienne de l’électricité et du gaz, Abdelkader Jelassi, concernant la réticence de l’Algérie à approvisionner la Tunisie en gaz, ont suscité une large polémique.

Jelassi a déclaré que l’Algérie ne voulait plus approvisionner la Tunisie en gaz, selon le site Zoom Tunisie.

Jelassi a confirmé que la Tunisie est vraiment satisfaite de ses relations avec l’Algérie, notant que cette dernière a un contrat avec l’Algérie afin d’obtenir des quantités importantes de cette substance stratégique, notant que ces quantités sont garantie et fournie par l’Algérie dans toute la mesure du possible, il n’y a aucun problème à cet égard.

Le responsable tunisien a expliqué qu’il y a des quantités supplémentaires dont la Tunisie a besoin en été, notamment pour les mois de juillet et août.

Notre enquêteur ajoute que, selon le contrat, « lorsque la Tunisie a besoin de quantités supplémentaires, elles sont demandées à Sonatrach, et si les quantités nécessaires sont disponibles, elles sont fournies à la Tunisie ».

Jelassi précise : « C’est là que réside le problème, car Sonatrach risque de ne pas le fournir », soulignant que cette dernière a confirmé la possibilité de fournir les quantités convenues dans le contrat, mais que les quantités qui sortent du contrat sont difficiles à fournir.

Le responsable tunisien a souligné que les autorités tunisiennes comprennent la position de la compagnie algérienne, étant donné qu’elle a une grande demande de gaz, soulignant que les relations sont très bonnes avec l’Algérie.

Article précédentLa Russie teste le missile Sarmat, le missile balistique intercontinental « Satan »
Article suivantLe système de défense aérienne S-500 entre en service et l’Algérie fait partie des clients exclusifs