Le remaniement gouvernemental français… le secteur des affaires étrangères en difficulté ?

0
Nouveau gouvernement français
Advertisement

France: Après une longue attente, le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Koehler, a dévoilé vendredi le nouvel état-major du gouvernement, et il pourrait s’agir d’un gouvernement intérimaire, jusqu’à ce que les élections législatives soient organisées les 12 et 19 juin prochains, qui se traduiront dans une majorité parlementaire qui peut ne pas être en faveur du parti du président français Macron.

Ce qui attire l’attention dans la nouvelle formation gouvernementale, c’est la nomination de nouveaux ministres aux portefeuilles souverains, notamment les affaires étrangères et la défense, en raison de leur grande importance dans l’extension de la souveraineté et la préservation des intérêts français à l’étranger, ainsi que tous les changements internationaux, en particulier la guerre d’Ukraine. , et la voie du repositionnement de l’OTAN est confrontée aux appréhensions russes, à la situation de crise sur le continent brun, ainsi qu’à la gestion des nouvelles alliances qui se forment dans la région arabe et au Moyen-Orient. Face à ces défis, il a été décidé de relever le ministre vétéran, Jean-Yves Le Drian, de son poste de ministre des Affaires étrangères et des Affaires européennes, et de nommer Catherine Colonna pour lui succéder, après avoir été ambassadrice de France en Londres.

Le Drian.. Manque de chance pour le vétéran ministre!

Jean-Yves Le Drian a pu siéger au Quai d’Orsay, siège du ministère des Affaires étrangères, lors du premier mandat présidentiel du président Macron (2017-2022), après avoir été ministre de la Défense sous l’ancien président François Hollande. Serval a été lancé en 2017, sous sa supervision, et de nombreux observateurs confirment qu’il jouit d’une bonne réputation dans les enceintes diplomatiques arabes, mais compte tenu des circonstances que l’arène internationale a connues ces dernières années, son dernier mandat a été entaché de nombreuses crises et dilemmes. .

On se souvient bien de la crise des sous-marins avec l’Australie lorsque cette dernière a mis fin au contrat d’achat des sous-marins de fabrication française de la nouvelle génération, après l’échec des cycles de négociation entre les deux pays, puis a annoncé la mise en place d’une nouvelle alliance dans le Pacifique, qui porte le nom AUKUS entre les États-Unis d’Amérique et la Grande-Bretagne et l’Australie, afin de repousser l’expansion chinoise dans l’océan Pacifique, tout en excluant la France, qui était et est toujours un allié stratégique des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Cet événement a été un revers pour la diplomatie française et ses services de renseignement, car ils ne pouvaient pas le prévoir.

Durant sa période d’activité en tant que ministre des Affaires étrangères, les relations algéro-françaises ont connu une crise étouffante en novembre 2021, lorsque le président Macron a insulté le régime algérien, et en conséquence, l’ambassadeur d’Algérie à Paris a été convoqué pour des consultations. Mais force est de constater que Le Drian a toujours été en première ligne pour démanteler les mines et surmonter les crises entre l’Algérie et la France, il a fait plus qu’une visite éclair, parfois non programmée, pour rapprocher les deux parties et résoudre les problèmes. crise.

Sous son règne, une crise diplomatique sans précédent a éclaté entre la France et de nombreux pays africains, notamment les pays de la région du Sahel.Nous avertissons que cette crise doit être lue dans un contexte plus large aux multiples aspects, culturels, historiques et sécuritaires, puisque les militaires successifs coups d’État dans la même région, les autorités n’ont pas été en mesure de Le gouvernement français a maintenu son activité de sécurité, alors que l’état-major a déplacé ses forces, Barkhane, du Mali au Tchad, et ses relations avec la junte militaire au pouvoir au Mali se sont détériorées en raison de déclarations par le ministre des Affaires étrangères lui-même, qui ont été considérés comme insultants et offensants pour l’État malien, et le résultat a été la décision du régime militaire au Mali d’expulser l’ambassadeur de France Retrait du G5 Sahel, et la suspension de l’accord de sécurité entre La France et le Mali, face à l’escalade de la présence russe dans ce pays, à travers le mouvement des forces wagnériennes.

En ce qui concerne la guerre d’Ukraine, la quasi-totalité des efforts diplomatiques français ont échoué face à l’intransigeance russe, et force est de constater que la France, comme la plupart des pays européens, n’a pas pris au sérieux la menace de guerre, ce qu’elle a fait, et la France se prépare à une guerre de longue durée, qui aura des conséquences économiques, sociales et politiques sur le pays à moyen et long terme.

Catherine Colonna.. Que reste-t-il de l’héritage « Shiraki » !

Catherine Colonna est considérée comme l’un des cadres compétents des affaires étrangères, et elle est diplômée de l’École nationale d’administration, et a rejoint l’ambassade de France à Washington après l’obtention de son diplôme, et son dernier poste était l’ambassadeur de France au Royaume-Uni, jusqu’à la nomination de Macron. à ce poste grâce à sa connaissance précise des affaires européennes en prévision d’une extraordinaire activité diplomatique au niveau européen.

Ce qui distingue la biographie diplomatique de Colonna, c’est qu’elle a été porte-parole officielle de l’ Elysée (1996-2004), c’est-à-dire sous les deux règnes de Jacques Chirac, et a été ministre déléguée aux Affaires européennes lorsque le ministre des Affaires étrangères de l’époque était Philippe Dousteblazy.

Catherine Colonna a été témoin de la politique arabe de la France, qui s’est cristallisée sous le règne de Jacques Chirac, et a puisé sa force dans la tendance « gaulliste » due à l’importance de cette région pour la France, mais cette politique s’est éteinte avec l’arrivée de Nicolas Sarkozy à l’Elysée en 2007, et inaugure un rapprochement sans précédent avec les Etats-Unis d’Amérique.

Catherine Colonna lancera son travail par une grève qui sera lancée par les fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères le 2 juin, en signe de protestation contre la publication d’un arrêté présidentiel au Journal officiel français du 17 avril 2022, précisant les modalités de supprimer le corps diplomatique, qui comprend le corps des conseillers des affaires étrangères et le corps des ambassadeurs ayant rang de ministre extraordinaire au ministère des Affaires étrangères, car son objectif, selon le gouvernement, était d’ouvrir des postes pour les affaires étrangères à des personnes plus larges et de disciplines diverses, ce que les contestataires considèrent comme un tabac à priser du corps diplomatique, après avoir représenté pendant deux siècles la fierté de la diplomatie française.

Comme mentionné ci-dessus, Catherine Colonna est une relique de la tendance chiraciste, qui se distinguait par une sorte de profondeur dans le traitement des questions arabes, en particulier les relations algéro-françaises. Nous pouvons citer un exemple digne d’être suivi et étudié. Lorsqu’elle a répondu aux députés du Parlement français au nom du ministre des Affaires étrangères de l’époque, qui était en mission à l’extérieur du pays, plus précisément le 16 mai 2006, les députés français de l’époque étaient mécontents des déclarations de feu Le président Abdelaziz Bouteflika, sur des questions de mémoire lorsqu’il a déclaré que la colonisation française de l’Algérie a été la plus brutale de l’histoire de l’humanité.

Colonna disait : « Personne ici ne sous-estime le poids de l’histoire, ni la conception que les peuples peuvent avoir des événements qui les ont tantôt unis, tantôt séparés. Pourtant, il est de notre responsabilité aujourd’hui, de part et d’autre, de chercher à donner un contenu au partenariat exceptionnel que la France et l’Algérie ont décidé de construire ensemble, en faisant preuve de vigilance bien sûr, mais aussi d’ambition pour elles-mêmes comme pour leur relation.

Colonna a été l’une des maîtresses du rapprochement algéro-français et a surmonté les obstacles pour parvenir à un cadre global de coopération qui jette les bases du partenariat dit d’exception lorsqu’elle a déclaré : « Sur ce texte de base cela prendra du temps, mais c’est normal pour un document de cette importance qui prendra En toutes considérations il est clair que les perspectives du traité d’amitié souhaité par les deux chefs d’Etat en 2003 restent ouvertes. Certes, nous savons que la négociation des aspects de notre relation. Et en dehors de cette perspective politique.

L’enjeu désormais pour ce ministre est d’essayer de contourner les groupes de pression idéologiques et ce que le président Macron a évoqué dans une de ses déclarations lorsqu’il a accusé « l’État profond » d’entraver les efforts de l’État, et son attachement aux articulations de la machine diplomatique, ce qui empêche une normalisation globale et durable des relations entre les deux pays, pour parvenir à ce modèle, depuis le partenariat que tous les présidents de la Ve République ont échoué à construire, jusqu’au président Macron.

Article précédentRapport italien.. Faouzi Ghoulam parmi les joueurs les plus fidèles de « Calcio »
Article suivantFootball:Andy Delort évince son compatriote Riyad Mahrez