Le Sénat américain dissipe le rêve du Maroc d’un consulat à Dakhla

0
Maroc USA
Advertisement

Maroc USA: Fait nouveau, la commission des crédits du Sénat américain a porté cette semaine un nouveau coup dur au régime marocain en l’empêchant d’utiliser les ressources financières allouées au département d’État pour ouvrir ou construire un consulat américain dans les zones occupées du Sahara Occidental.

Après que le Comité de défense ait récemment ordonné à l’armée américaine de rechercher un pays autre que le Maroc pour accueillir les exercices « Lion d’Afrique » en raison du manque de sérieux du Maroc dans la résolution du conflit au Sahara occidental, le Comité des crédits a cette fois adopté une décision similaire dans le projet de loi de finances, en attribuant une clause au Sahara Occidental distinct du Maroc, fixant de nouvelles conditions au ministère des Affaires étrangères quant au traitement du dossier du Sahara Occidental en tant que territoire indépendant de la puissance occupante.

Commentant cette évolution, l’Algérie s’est dite satisfaite de la position de la commission des crédits du Sénat américain, comme l’a déclaré Ammar Belani, envoyé spécial pour le Sahara occidental et le Maghreb, affirmant que « la décision de cette commission a révélé les allégations expansionnistes du Royaume du Maroc ».

Pour l’ambassadeur algérien, la commission d’accréditation du Parlement américain ajoute, avec sa décision, un soutien fort à la décision de la Cour de justice de l’Union européenne, qui a statué sur le « caractère séparé et distinct du territoire du Sahara occidental ».

Le Sénat américain a le droit de veto, et il a utilisé ce droit contre l’ouverture d’un consulat au Sahara Occidental, et il exige également un mécanisme des droits de l’homme pour la MINURSO, dont l’une des tâches est d’organiser un référendum pour décider de l’auto- détermination du peuple sahraoui.

Cette décision est intervenue dans le cadre de la soumission d’un projet de loi de crédits adressé au Département d’État américain pour ses opérations à l’étranger et d’autres programmes connexes.

Le Comité des crédits du Sénat américain a abordé la question du Sahara Occidental sous trois angles très importants : d’un point de vue juridique, politique et point de vue humanitaire.

Dans la note explicative du projet de loi de finances, la Commission traite séparément la question du Sahara Occidental sans mentionner le Royaume du Maroc ni qu’il en fasse partie, et la Commission a exhorté le ministre des Affaires étrangères Anthony Blinken, à promouvoir la mise en place d’un mécanisme de surveillance et de communication des droits au sein de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental, connue sous le nom de Minurso.

Le comité a également recommandé qu’aucun des fonds alloués ou disponibles en vertu de la loi de finances 2023 ou des lois précédentes ne soit utilisé pour soutenir la construction ou le fonctionnement d’un consulat américain au Sahara occidental, évaporant ainsi le rêve marocain d’un consulat américain au Sahara occidental.

Article précédentLe général d’armée Said Chanegriha: 2022, une année de décollage économique avec distinction
Article suivantLe Mali salue le ferme leadership de l’Algérie en matière de médiation et de réconciliation