Des poursuites judiciaires ont été engagées contre le Parti Socialiste des Travailleurs (PST). Selon Mahmoud Rechidi, secrétaire général du parti, les autorités réclament la « suspension provisoire du PST et de toutes ses activités ».

« Le pouvoir a engagé les poursuites judiciaires en référé pour la suspension provisoire du PST et de toutes ses activités, ainsi que la fermeture de ses locaux », a expliqué M. Rechidi dans un post Facebook.

Bien que la démarche des autorités ait été justifiée par des impératifs liés à la nécessité « de mettre en œuvre les procédures organisationnelles statutaires afin de se conformer avec la législation en vigueur relative aux partis politiques », le PST affirme que « c’est au niveau du contexte politique, marqué notamment par la préparation des législatives du 12 juin prochain, qu’on pourrait trouver les explications à cette campagne de pressions sur les partis politiques et les forces sociales ».

Le parti a rappelé que les partis ciblés sont ceux ayant « appelé à ne pas participer à ces élections et qui proposent, à l’instar de notre parti, une transition démocratique et l’élection d’une assemblée constituante souveraine ».

Article précédentMichael Jackson s’est converti à l’Islam avant de mourir, selon son frère Jermaine
Article suivantRassemblement dimanche à Alger pour ne « pas oublier le sacrifice des enfants du 5 octobre »