Les Journées Internationales du Film Amazigh : Une Ode à la Culture et à l’Art

0
Les Journées Internationales du Film Amazigh : Une Ode à la Culture et à l'Art

Au-delà des frontières, au-delà des différences, l’art et la culture ont le pouvoir de rassembler les peuples. Les 7e Journées Internationales du Film Amazigh (JIFA) sont un vibrant hommage à cette idée. Organisées par l’association d’échanges culturels franco-berbère Azar d’Ars-sur-Moselle, en partenariat avec les associations ACB54-Adelsan de Nancy et Tala de Mont-Saint-Martin, ces journées promettent une expérience cinématographique riche et immersive du 22 au 26 novembre.

Une Plongée dans la Culture Amazighe

Au-delà des simples projections de films, les JIFA sont un espace privilégié pour découvrir la culture amazighe. Grâce à ses partenaires, les projections-débats auront lieu dans divers lieux culturels, du cinéma Union d’Ars-sur-Moselle au Klub à Metz, en passant par le Cameo à Nancy et la Médiathèque de Mont-Saint-Martin.

Mais les JIFA ne se limitent pas aux écrans. L’événement comprend également deux tables rondes, des séances de dédicaces, et une exposition de livres. Il offre ainsi un panorama complet de la culture amazighe, de sa richesse et de sa diversité.

Une Programmation Éclectique

La 7e édition des JIFA est ambitieuse et variée, reflétant la diversité des talents cinématographiques amazighs. La programmation comprend un éventail de genres, allant de la fiction au documentaire en passant par les films patrimoine. Pas moins de 22 films en provenance d’Afrique du Nord et d’Europe sont à l’affiche.

Ces œuvres abordent des thématiques essentielles telles que l’histoire, l’exil, la liberté d’expression et les luttes des femmes. Parmi les temps forts, le film « Axxam yergha maqqar ansahmu » (La maison brûle, autant se réchauffer) de Mouloud Aït Liotna, sélectionné à la dernière quinzaine des cinéastes au festival de Cannes, ouvrira les JIFA.

Deux courts métrages d’Arezki Larbi, « Winna » (2020) et « Le chant de la sirène » (2022), seront également projetés. Les cinéphiles auront l’occasion de découvrir les réalisations de talents émergents tels qu’Azzedine Kasri avec « Boussa », Rida Belghiat avec « La kaza blanche » qui retrace le parcours et l’œuvre de cheikh El-Hasnaoui, ou encore Elina Kastler avec « Achewiq, le chant des femmes courage ».

En marge de la programmation officielle, deux autres films, « Anza » de Hakim Abdelfettah et « Argu » de Omar Belkacemi, seront projetés dans les cinémas Caméo à Nancy et le Klub à Metz. Quant à la littérature, Latifa Lafer animera une conférence-débat autour de son livre « Le cinéma amazigh : genre du cinéma algérien ou cinéma à part ? ».

Ali Amrane : L’Invité d’Honneur

Lors de cette 7e édition, les JIFA auront l’honneur d’accueillir Ali Amrane, une figure majeure de la musique pop-rock kabyle. L’artiste se produira lors de la soirée inaugurale du 22 novembre. Une séance de dédicace sera également organisée autour de son tout dernier album « Ccix Lhesnaoui s Temyifit » (Retrouvailles musicales avec Cheikh El-Hasnaoui).

Un Rendez-vous avec la Culture Amazighe

Les 7e Journées Internationales du Film Amazigh sont bien plus qu’un simple festival de cinéma. Elles sont une célébration de la culture, de l’art et de la diversité. À travers une programmation riche et éclectique, elles offrent un regard profond sur la culture amazighe, mettant en lumière son histoire, ses défis et ses espoirs.

Que vous soyez un amateur de cinéma, un passionné de culture ou simplement curieux de découvrir de nouvelles perspectives, les JIFA sont un rendez-vous à ne pas manquer. Plongez dans l’univers captivant du cinéma amazigh, explorez ses thèmes universels et rencontrez les talents qui le font vivre. C’est une invitation à un voyage cinématographique inoubliable, empreint de passion et d’authenticité.

Article précédentFrance-Algérie : La Commission d’Historiens se Penche sur un Passé Partagé
Article suivantLa Petite de Ferruch : Quand un Roman Évoque les Viols Occultés de la Guerre d’Algérie