Les supporters de Flamengo portent plainte contre les organisateurs de la Coupe du monde des clubs au Maroc

    0
    L'incident Karrata lors de la Coupe du monde des clubs au Maroc en 2014

    Le Maroc est de nouveau au centre de l’actualité sportive, mais cette fois pour les mauvaises raisons. Le Comité des supporters brésiliens du club Flamengo a nommé un avocat pour poursuivre les organisateurs de la Coupe du Monde des Clubs FIFA 2023, en protestation contre une décision prise au dernier moment qui leur a porté préjudice.

    Les autorités sportives marocaines, en coordination avec la FIFA, ont décidé de déplacer le match de classement entre les équipes brésiliennes Flamengo et Al-Ahly, prévu à Rabat, à Tanger. La distance entre les deux villes est d’environ 250 km.

    Cette décision a été prise suite à la peur d’une récurrence du scénario de « Karata », qui s’est produit lors du Mondial des clubs 2014, et en raison de la dégradation du sol du stade de Rabat. Le stade de Rabat accueillera toutefois la finale de la Coupe du Monde des Clubs FIFA 2023 entre le Real Madrid et les Saoudiens d’Al Hilal.

    Les supporters de Flamengo sont en colère contre cette décision, car ils avaient déjà réservé des résidences à Rabat et n’ont pas les moyens financiers pour se rendre à Tanger. Cette situation les a obligés à engager un avocat pour poursuivre les organisateurs de la Coupe du Monde des Clubs FIFA 2023.

    Selon le site « Inside World Football », la Coupe du Monde des Clubs FIFA 2023 au Maroc a été un effort malveillant du président de la Fédération marocaine de football, Fawzi Lakjaa, qui a profité de son appartenance au Conseil de la FIFA pour rattraper l’Algérie, hôte du « Chan », dans la course pour accueillir la Coupe d’Afrique des Nations 2025.

    Les autorités sportives marocaines n’ont trouvé que les stades de Rabat et de Tanger pour organiser le Mondial des clubs, le terrain de Casablanca étant utilisé pour la Ligue des champions d’Afrique et la Coupe de la CAF. Cela met en doute les affirmations de Lakjaa concernant la qualité des installations sportives au Maroc.

    Il est à noter que les stades algériens de Baraki, Oran, Constantine et Annaba ont accueilli deux matches en une journée lors du Championnat d’Afrique des éléments locaux sans être endommagés. Ce scandale montre une fois de plus les défis auxquels sont confrontées les autorités sportives marocaines, et la nécessité de prendre des mesures pour améliorer la qualité des installations sportives dans le pays.

    Article précédentindice de risque mondial: L’Algérie figure parmi les pays les plus menacés par les catastrophes naturelles
    Article suivantRoutes fermées à cause de la neige: la gendarmerie nationale met en garde les usagers de la route