L’Espagne s’apprête à remplacer le gaz algérien par du gaz qatari… Qui est le plus grand perdant ?

0
Espagne Algérie

La crise mondiale du gaz continue de sévir et l’Espagne n’est pas épargnée. Avec la fermeture du robinet de gaz passant par le Maroc, elle a perdu un partenaire énergétique majeur en Algérie qui a, de son côté, choisi l’Italie.

En quête de nouveaux alliés énergétiques pour remplacer l’Algérie, l’Espagne mise sur l’État du Qatar pour garantir ses réserves nationales de gaz naturel.

Un choix qui semble judicieux, compte tenu des accords conclus entre les deux pays et des projets commerciaux en cours, comme l’a expliqué le PDG de la société énergétique espagnole « Angaz ». Cependant, l’importation de gaz qatari coûte très cher, en raison de la distance géographique entre les deux pays et des coûts de reliquéfaction.

Pendant ce temps, l’Algérie continue de respecter ses contrats et reste un partenaire fiable pour Madrid. Les autorités espagnoles ont d’ailleurs confirmé à plusieurs reprises que les relations tendues entre les deux pays n’ont jamais affecté les importations de gaz algérien.

Alors, qui est le plus grand perdant dans cette histoire ? Au vu de la grande ruée vers l’Algérie des pays européens qui souffrent d’une crise gazière suffocante en raison de la guerre russo-ukrainienne, la perte du partenaire espagnol n’est pas considérée comme une perte pour l’Algérie au cas où Madrid renoncerait totalement à l’importation de gaz algérien.

C’est donc l’Espagne qui semble être le plus grand perdant dans cette affaire, car elle doit trouver de nouveaux alliés énergétiques pour remplacer l’Algérie, tout en faisant face à des coûts élevés pour importer du gaz qatari.

En fin de compte, l’Espagne devra continuer de chercher des solutions à long terme pour garantir son approvisionnement en gaz, tout en travaillant à renforcer ses relations avec ses partenaires énergétiques existants. La crise mondiale du gaz est loin d’être résolue, et il est essentiel pour chaque pays de trouver des solutions durables pour garantir leur sécurité énergétique.

Article précédentFIFA accorde un soutien financier colossal au Maroc : l’implication d’Infantino pour soutenir Lekjaa face à l’Algérie ?
Article suivantLa fin des fonctions du Consul Général d’Algérie à Paris : Quelles implications pour les relations franco-algériennes ?