Liberté de la Presse: Le Procès du Journaliste Saâd Bouakba Suscite l’Inquiétude

0
Liberté de la Presse en Péril : Le Procès du Journaliste Saâd Bouakba Suscite l'Inquiétude

Algérie: Le procès de Saâd Bouakba, un journaliste de renom âgé de 78 ans, a eu lieu ce mercredi 11 octobre au tribunal de Dar El Beïda, à Alger. Il est poursuivi pour diffamation envers les habitants de Djelfa en raison d’une chronique politique qu’il a publiée en février dernier sur le site électronique Al Madar.

La chronique en question a suscité la controverse en raison de l’utilisation d’une métaphore interprétée comme une insulte envers les résidents de Djelfa. Saâd Bouakba, cependant, nie toute intention diffamatoire dans ses écrits. Il a été interpellé par la police et placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès.

Des Réquisitions Draconiennes

Le procès s’est tenu ce mercredi 11 octobre à Dar El Beïda, en présence du député de Djelfa, Ahmed Rabhi, qui a été accompagné de représentants d’associations locales en tant que parties civiles.

Lors de l’audience, le représentant du parquet a requis une peine lourde de 5 ans de prison ferme à l’encontre de Saâd Bouakba, ainsi que du directeur du site web qui a publié sa chronique. Le verdict sera rendu le 18 octobre, ce qui laisse planer une incertitude inquiétante sur le sort du journaliste.

Il est à noter que cette affaire intervient peu après la condamnation sévère prononcée en juin dernier par la Cour d’appel d’Alger à l’encontre d’un autre journaliste, El Kadi Ihsane, directeur des sites électroniques Radio M et Maghreb Emergent. Ce dernier a été condamné à 7 ans de prison, dont 5 ans de prison ferme, pour des accusations de « perception de fonds de l’étranger. »

Une Série de Désagréments pour le Journaliste

Depuis son placement sous contrôle judiciaire en février, Saâd Bouakba a été de nouveau interpellé par la police en mai dans le cadre d’une autre affaire. Dans une chronique publiée sur le même site web, il a révélé avoir été entendu par un juge d’instruction après avoir reçu chez lui des opposants politiques à Alger.

L’avenir du journaliste Saâd Bouakba est désormais incertain, alors que le jugement, prévu pour le 18 octobre, déterminera l’issue de cette affaire. Cela soulève des préoccupations quant à la liberté d’expression et de la presse en Algérie.

Article précédentLe Conflit Israélo-Palestinien : Une Quête Incessante pour une Paix Durable au Proche-Orient
Article suivantExpulsion controversée : Sana, de retour de Syrie, confrontée à un avenir incertain en Algérie