Macron continue de purger l’Etat français de l’influence du Makhzen marocain

0
président français, Emmanuel Macron

France Maroc: Le président français, Emmanuel Macron, semble déterminé à couper les liens entre l’Etat français et l’influence du Makhzen marocain. Depuis le scandale d’espionnage Pegasus, dans lequel le régime marocain a été impliqué dans l’espionnage téléphonique de hauts responsables français, Macron a lancé une campagne pour éliminer l’influence marocaine dans les institutions de l’Etat français.

Le dernier coup porté par Paris est le blocage de l’ancien adjoint d’origine marocaine, AbdelMadjid Alkarab, en l’empêchant de se présenter aux élections législatives partielles. Le parti du président, Ennahda, a préféré pousser pour une autre candidate, Caroline Travers, que le lobby marocain en France considère comme hostile aux intérêts marocains en raison de sa proximité avec la sénatrice franco-algérienne Leila Aishi, connue pour ses positions défendant les droits des immigrés.

Les Marocains ont également fondé leur méfiance sur le soutien de Caroline Travers aux intérêts algériens, sur la base d’une cassette vidéo trouvée sur le site électoral de la sénatrice Leila Aichi, dans laquelle Travers déclare qu’elle souhaite s’appuyer sur Aichi, qui reste plus proche des intérêts algériens que marocains.

La décision du parti de Macron est un signal clair que l’influence marocaine dans les institutions de l’Etat français est sur le déclin. Cette tendance s’inscrit dans la campagne de Macron pour couper les pratiques passées dans les relations avec le régime marocain du Makhzen, et cela conduira à priver l’influence marocaine d’une voix censée défendre les intérêts du peuple.

Le régime marocain accuse les cercles proches de Macron et de son parti, Ennahda, d’être à l’origine des sanctions et des décisions prises par le Parlement européen contre le régime marocain, qui attend toujours d’autres sanctions après l’achèvement de l’enquête sur le scandale d’espionnage Pegasus, ainsi que les scandales de corruption au sein du Parlement européen.

La France continuera-t-elle à purger l’Etat français de l’influence du Makhzen marocain, ou les relations entre la France et le Maroc vont-elles se détériorer davantage? Seul l’avenir nous le dira.

Article précédentLe Parlement finlandais approuve l’adhésion du pays à l’OTAN
Article suivantAndy Delort envoie Nantes en demi-finales de la Coupe de France