Maroc : des manifestations contre les prix élevés secouent plusieurs villes

    0
    Aziz Akhannouch

    Maroc :Des centaines de Marocains se sont rassemblés dans les rues de plusieurs villes du pays dimanche pour protester contre les prix élevés sur les marchés locaux. La manifestation a été organisée en réponse à la hausse croissante des prix des matières premières et aux appels des autorités à agir pour mettre fin à cette tendance.

    Les manifestants ont brandi des banderoles proclamant « Non aux prix élevés » et « Vous nous avez opprimés… brûlez les prix et le citoyen souffre », exprimant ainsi leur colère et leur frustration face à la situation économique actuelle.

    Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a déclaré jeudi que les mesures prises par le gouvernement pour stabiliser les prix des produits alimentaires aideraient à résoudre le problème. Il a évoqué la suppression de la taxe sur la valeur ajoutée et la fin de la perception des droits de douane à l’importation de vaches destinées à l’abattage, qui devraient entraîner une baisse des prix de la viande rouge et des légumes.

    Malgré ces annonces, les syndicats continuent de manifester contre la hausse des prix, appelant les citoyens à se joindre à eux le 20 février à l’occasion du 12e anniversaire du mouvement du « 20 février », qui est considéré comme la « version marocaine » du printemps arabe. Les revendications de ces manifestants montrent l’importance pour les Marocains de trouver une solution à la crise économique actuelle et de défendre leurs droits en matière de prix abordables pour les produits de base.

    En conclusion, la situation des prix élevés en Maroc continue de susciter de la colère et de la frustration chez les citoyens, qui espèrent que les mesures annoncées par le Premier ministre permettront de résoudre le problème à court terme. Les prochaines manifestations prévues le 20 février seront un test pour le gouvernement et une occasion pour les citoyens de faire entendre leur voix sur cette question cruciale.

    Article précédentReport de la visite du ministre russe des Affaires étrangères en Tunisie: pressions américaines ou préoccupations sécuritaires?
    Article suivantTunisie : Les arrestations politiques et d’un homme d’affaires provoquent une vive controverse