blank

À M’sila, les autorités locales ont décidé de fermer les puits non conformes aux standards de sécurité et de prendre des mesures agressives en cas d’accident. Cette décision intervient quelques heures après le décès tragique du petit Rayan, tombé dans un puits artésien au Maroc.

S’adressant aux exploitants dans un communiqué publié ce lundi, les services de la wilaya ont usé d’un ton, du moins, menaçant. Ces derniers sont sommés de procéder dans l’immédiat à la sécurisation des puits artésiens et traditionnels présentant des défauts en la matière.

La wilaya de M’sila a également mis en garde les exploitants en promettant de leur faire porter la responsabilité dans le cas où à malheur surviendrait à cause de leur négligence.

Il convient de rappeler que cette wilaya avait été le théâtre d’un drame à tout point similaire à celui du petit Rayan au Maroc. En décembre 2018, un jeune issu des milieux défavorisés, Ayache Mahdjoubi, avait trouvé la mort après avoir passé six jours au fond d’un puis artésien. Malgré tous les efforts pour l’évacuer, les équipes en place n’y étaient pas parvenues.

Article précédentDepuis la prison / comment Ali Haddad a tenté de revendre ses biens en Espagne
Article suivantPour protester contre le Maroc / l’Algérie se retire d’une réunion régionale des Douanes