À peine quelques jours après la détection en Afrique du Sud d’un nouveau variant de la Covid-19, baptisé Omicron, plusieurs cas ont été détectés partout dans le monde, suscitant de grandes inquiétudes. Ce lundi matin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné la « présence d’un risque très élevé » lié à ce variant.  

Ainsi, des cas de ce nouveau mutant ont été détectés en Afrique du Sud, en Belgique, en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Canada, en Australie, en Italie, en Suisse, en République tchèque, au Danemark. Tous les cas détectés l’ont été sur des voyageurs de retour d’Afrique australe.

Ce lundi matin, l’OMS a estimé « élevée » la probabilité que ce variant se répande comme une traînée de poudre sur toute la planète. L’organisation a, cependant, tenu à souligner que la dangerosité variant omicron demeure mal évaluée.

« Étant donné les mutations qui pourraient conférer un potentiel d’échappement à la réponse immunitaire [autrement dit, une résistance d’Omicron aux anticorps produits par un vaccin ou une infection], tout comme possiblement donner un avantage en termes de transmissibilité, la probabilité qu’Omicron se répande au niveau mondial est élevée », alerte l’OMS dans un document technique.

Et d’ajouter qu’« en fonction de ces caractéristiques, il pourrait y avoir de futurs pics de Covid-19, qui pourraient avoir des conséquences sévères en fonction de différents facteurs et en particulier où ces pics se produiraient ».