Abdelmalek Sellal, le directeur de la campagne du Président-candidat, Abdelaziz Bouteflika, a annoncé, depuis El Eulma, lors d’un meeting électoral, l’élaboration d’un nouveau découpage administratif qui va porter à la hausse le nombre de wilayas en Algérie.

Dans le projet d’Abdelaziz Bouteflika, porté par Abdelmalek Sellal lors de la campagne électorale, les villes d’El Eulma, Ain Salah, Ain Mlila et Ménéa deviendront ainsi des wilayas. Une revendication que portent les habitants de ces villes, et d’autres encore, depuis des années. Rien n’indique concrètement si cette promesse ne sera réelle seulement le temps de la campagne électorale, ou s’il s’agit du fruit d’une réflexion élaborée parce qu’aucune information à ce sujet n’a filtré auparavant.

Ce redécoupage administratif est demandé par les habitants de certaines localités qui se plaignent de problèmes administratifs causés par l’éloignement de leurs localités du chef-lieu de wilaya, comme c’est le cas de Ain Salah, une daïra, située à un peu plus de 600 kilomètres de sa wilaya Tamanrasset, avec tous les problèmes de transport auxquels fait face cette localité.

Dans la ville d’El Eulma, une daïra de Sétif, par exemple, les habitants considèrent que leur ville est assez grande et importante, que ce soit en nombre d’habitants ou sur le plan économique, pour qu’elle bénéficie de ce statut. C’est le cas aussi de Ménéa (Ghardaia) ou bien de Ain Mlila (Oum Bouaghi).

L’Algérie a déjà procédé à un redécoupage administratif à l’image de la wilaya de Naama qui a été crée de toute pièce – à l’origine petite localité sans aucune envergure – pour régler un problème de rivalité entre Ain Sefra et Mechria. Les habitants de ces deux villes réclamaient, chacun de leur côté, le statut de wilaya. Finalement, les pouvoirs publics ont choisi une localité située entre les deux, en l’occurrence Naama, comme wilaya. En somme, le découpage administratif ne se fait pas souvent après une étude approfondie mais, quelque fois, pour répondre à des considérations tribales ou clientélistes.

Elyas Nour

Originally posted 2014-04-04 17:06:56.

Article précédentKamal Benkoussa : investir dans la jeunesse, challenge d’une Algerie forte!
Article suivantDes murs pour arrêter les pauvres. Entretien avec Tzvetan Todorov.