Le management des ressources humaines dans le secteur public en France est en voie de surpasser les pratiques cyniques du secteur privé, dans les conditions d’embauche et d’emploi des agents contractuels.
Ces agents continuent d’être considérés comme de simples variables d’ajustement et la précarité de leurs emplois demeure une réalité extrêmement préoccupante .

Ces pratiques atteignent le comble du cynisme, quand on arrive à débaucher des cadres supérieurs en CDI, en leur proposant par ailleurs des postes à responsabilité en tant que contractuels, avec des salaires alléchants, et en mettant un terme à leur mission au bout de six mois d’essais.

En invoquant purement et simplement des restrictions budgétaires, dont on aurait pu accessoirement informé le candidat. Qui lui continue dans son poste à responsabilités, à traiter ses dossiers et rendre compte de ses résultats sans se douter de ce qui l’attend à la fin de sa période d’essai. Aucun préavis n’est prévu dans ce genre de situation absurde et cynique, dans laquelle il est purement et simplement question de se retrouver du jour au lendemain sans ressources. C’est du pur suicide social.

La facilité de tomber très vite sans filet de protection, est désormais aussi possible dans un secteur qui est sensé incarner les valeurs de solidarité et de protection sociale.

A travers ces cas précis de précarité à l’emploi, nous sommes en droit aujourd’hui, de nous interroger sur la notion de création de valeur dans le secteur public.

Quelle lecture pouvons nous faire de ce type de techniques de management, quand la mise à mal de la gestion des ressources humaine est avérée et continue de se déployer sans aucune remise en question de ce genre de pratique et sans réflexion préalable sur la mutation et la transformation structurelle et organisationnelle d’un secteur aussi important dans les rôles qui lui sont attribués ?

Nous sommes face à la coexistence de deux logiques, l’une marchande et l’autre institutionnelle, si nous nous intéressons au management des ressources humaines comme premier levier de création de valeur.

Les administrations les plus performantes à travers le monde se sont aussi attachées au développement personnel et professionnel de leurs collaborateurs . C’est donc bien d’une gestion humaine qu’il s’agit, dans la gestion des ressources dites humaines.

F.B-H

(1) Étude menée par des chercheurs d’Accenture en 2004 : http://www.accenture.com/NR/rdonlyres/7BD87A3B-A743-4469-A709-AA480267426F/0/sospValFr.pdf

Originally posted 2010-01-30 19:37:06.

Article précédentCarte d’identité biométrique/ Lancement le 1er janvier 2016
Article suivantYema, de la réalisatrice algérienne Djamila Sahraoui en compétition au festival du film arabe à Malmö