Soixante-seize (76) ressortissants algériens ayant fui l’Ukraine sont arrivés jeudi soir à Alger en provenance de la capitale roumaine Bucarest.

« L’opération d’aujourd’hui est la première du genre. D’autres vols sont prévus dans les prochains jours », a indiqué le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra qui s’est déplacé à l’aéroport d’Alger pour accueillir ces jeunes ayant fui la guerre.

« Les services de nos ambassades sont mobilisés au niveau des frontières avec l’Ukraine pour faciliter le transit des ressortissants vers la Roumanie, la Hongrie et la Pologne », a souligné le chef de la diplomatie algérienne.

Et d’ajouter : « Le rapatriement ne se fait pas de façon obligatoire, mais en tenant compte du désir de nos ressortissants de rentrer ou non au pays ».

Toujours selon Lamamra, « beaucoup de ressortissants algériens qui sont arrivés dans les capitales voisines de l’Ukraine n’ont pas voulu être rapatriés dans le vol d’aujourd’hui, alors qu’il y avait assez de places ».

« Certains espèrent peut-être retrouver les bancs des universités prochainement, d’autres ont décidé de rester pour d’autres raisons », a expliqué le ministre, réaffirmant toutefois « que les ambassades et les consulats d’Algérie restent tout à fait disposés à prendre en charge tout Algérien désirant renter au pays ».

Il a, à cette occasion, salué la solidarité de plusieurs familles algériennes avec leurs compatriotes au niveau des frontières avec l’Ukraine, en leur proposant nourriture et hébergement.

« Des familles étrangères ont aussi offert de l’aide aux ressortissants algériens », a ajouté le ministre, reconnaissant que la traversée de ces derniers du territoire ukrainien vers les frontières n’a pas été facile.

AF/ APS

Article précédentEn janvier / quelque 10 000 véhicules importés par des particuliers
Article suivantFait grave / les ambassades d’Ukraine en Afrique tentent de recruter des volontaires pour la guerre