Rapport de l’ONU : le Maroc est le plus grand producteur et exportateur de cannabis

0
cannabis
Advertisement

Le Rapport mondial sur les drogues pour 2022, publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), a confirmé que le Maroc est au premier rang des principaux pays d’origine du cannabis, faisant de ce pays le plus grand producteur et exportateur de ce type de drogue.

Le rapport désigne le Maroc comme le premier pays africain en termes d’importance de la culture du cannabis au cours de la décennie 2010-2020, ajoutant qu’« il est difficile d’estimer la superficie mondiale plantée de cannabis, car certains pays ne disposent pas de systèmes de surveillance appropriés pour cet indicateur. »

Le document confirme également que la majeure partie de la contrebande de cannabis a lieu du Maroc vers l’Espagne et de l’Afghanistan vers d’autres pays d’Asie occidentale, notant que le cannabis marocain est également dirigé vers d’autres pays d’Afrique du Nord.

Selon le rapport, le chanvre indien fait l’objet d’un trafic entre les régions « du Maroc à la Libye, puis à l’Égypte via la côte », et le chanvre marocain est transporté à travers la Méditerranée.

Le Maroc est une source de danger réel pour les pays voisins et la région

Le rapport indique également que les saisies de cannabis continuent d’être concentrées en Afrique du Nord et en Europe centrale, qui constituent une région pour la production, le trafic et la consommation de cette drogue, représentant près de 60 % des saisies mondiales au cours de la période 2016-2020.

En ce qui concerne l’impact de la culture du cannabis sur l’environnement, la région du Rif au nord du Maroc est également mentionnée dans ce rapport, où la culture de ce type de drogue repose principalement sur l’utilisation extensive d’engrais de synthèse.

Dans la zone rurale, où la majeure partie du chanvre du pays est cultivée et où la culture illégale est devenue de plus en plus intensive et souvent monoculture, au cours des dernières décennies, cela a accru la pression environnementale sur un écosystème déjà fragile, sous la forme de l’élimination des forêts, de la pénurie d’eau et de la perte de biodiversité », notant que la culture intensive de ce type de drogue a « fait de la région le plus grand utilisateur d’engrais et de pesticides du secteur ».

L’Algérie fait partie des pays les plus touchés par le « déluge de cannabis marocain », ce que confirme le dénouement que les services de sécurité fournissent périodiquement, comme c’est le cas du bilan opérationnel hebdomadaire du ministère de la Défense nationale, en plus du bilan annuel rapport de l’Office national de contrôle des drogues et des toxicomanies, par exemple Les services de sécurité ont réussi à déjouer les tentatives de contrebande de 60 tonnes de drogue et de 500 kilogrammes de cocaïne en 2021.

Ce qui augmente la dangerosité des drogues marocaines, ce sont les conclusions du Commandement de la gendarmerie nationale, après avoir mené une étude de prévalence sur le cannabis au cours de la période de 2010 à 2020, à travers laquelle 30 000 échantillons ont été analysés, dont 1 058 tonnes de cannabis saisis, et ont conclu qu’une augmentation de la concentration de la substance L’efficacité varie de 5% à 20%.

Il y a un an, le magasin a légalisé la culture de la drogue sous prétexte « d’usage médical », ce qui signifie étendre les surfaces affectées à la culture du cannabis, qui sont contrôlées par des cercles très proches de Mohammed VI, et l’on sait que les revenus de la drogue sont utilisés par Rabat pour acheter les dettes de certains pays et personnalités afin de soutenir la légitimation de l’occupation du Sahara Occidental.

Article précédentAlgérie: Les salles de fête transforment la vie des citoyens en enfer !
Article suivantLa vidéo promotionnelle de la Ligue française: Messi, Mbappe et Belaili à la tête des stars de la « Ligue 1 »