Sahara Occidental: Mohammed VI fait chanter la communauté internationale !

0
Mohammed VI
Advertisement

Le roi du Maroc Mohammed VI a déclaré : « La question du Sahara Occidental est la norme que le Maroc établit dans ses relations avec les pays », et que « nous attendons de certains pays, des partenaires traditionnels et nouveaux du Maroc, qu’ils adoptent des positions peu claires, concernant la marocanité de la Sahara, pour clarifier leurs positions, et reconsidérer. » Son contenu est inimaginable.

Dans un discours, samedi, à l’occasion de la soi-disant « révolution du roi et du peuple », le roi du Maroc a fait allusion à la carte du chantage et à la menace de la communauté internationale, en échange du maintien de son occupation de la territoire du Sahara Occidental, sous le nom de « nécessité de clarifier la situation » et « soit avec moi, soit contre moi », ignorant les Règles de l’ONU qui reconnaissent le droit à l’autodétermination des peuples coloniaux.

D’après ce que Mohammed VI, qui s’est absenté pour cause de maladie et de conflits internes au palais pendant la guerre de sa succession, a déclaré : « J’envoie un message clair à tout le monde : le dossier du Sahara est le miroir avec lequel le Maroc regarde le monde, et c’est le critère clair et simple pour mesurer la sincérité des amitiés et l’efficacité des partenariats.

Comme à son habitude, Mohammed VI a utilisé beaucoup de mensonges et de renversement des faits, lorsqu’il a parlé des pays qui soutiennent la soi-disant « initiative d’auto-gouvernance » que les Sahraouis rejettent et n’est pas approuvée par les Nations Unies, et Mohammed VI n’a pas n’évoque aucun des partenaires du Royaume, mais il s’est félicité « du soutien de nombreux pays ». le cadre d’un accord tripartite qui stipulait également la normalisation des relations diplomatiques du Maroc avec Israël.

Concernant ce que Mohammed VI a appelé la reconnaissance américaine du prétendu « Sahara marocain », que Mohammed VI considère comme une victoire pour lui et un soutien à son occupation, il a oublié que « cela dépend du soutien de l’administration Joe Biden, qui l’a complètement ignoré et dans le détail, non seulement en soulignant à plus d’une occasion son soutien aux efforts et aux efforts des Nations Unies pour trouver une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui conduise à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental, mais plus que cela, par ses réserves sur les promesses de l’administration Trump, comme la construction d’un consulat américain à Dakhla occupée, l’apport d’investissements, et d’autres promesses et rêveries restées à l’encre sur le papier. 

Quant à l’Espagne, à propos de laquelle il a dit que sa position est claire et responsable, on sait que Madrid était la principale cause du sort des Sahraouis, et que les dirigeants de Madrid ont largement habilité Hassan II pour son occupation des terres désertiques, et l’Accord de Madrid reste un témoin de la trahison de l’Espagne.

Le roi semblait trompé par l’illusion des «consulats» ouverts dans les villes occupées de Dakhla et d’El-Ayoun, qui n’est qu’une présence formelle sans effet sur le terrain, et l’ONU a confirmé, en les propos du porte-parole du secrétaire, Stéphane Dujarric, selon lesquels « l’ouverture de consulats dans les terres désertiques des territoires occupés ne changera pas la position de l’organisation internationale sur la question sahraouie ».

Ce qui est certain du discours du roi, c’est qu’il a déclaré une rébellion contre la légitimité internationale, et déclaré la guerre au peuple sahraoui, et à tous ceux qui se tiennent à ses côtés pour le soutenir ou pour soutenir la légitimité internationale, même s’il est l’un de ses partenaires traditionnels ou nouveaux, et la crainte que le Makhzen persiste dans sa guerre contre la communauté internationale contre la drogue et l’immigration clandestine.

Article précédentLes frais du lycée se heurtent aux parents: Exode massif des écoles privées vers les écoles publiques
Article suivantLe Comité des disparitions forcées de l’ONU est en ligne…La catastrophe du Vendredi noir hante le Maroc