Sonatrach : 11 milliards de dollars pour développer les industries pétrochimiques

0
Sonatrach
Advertisement

Algérie: Le directeur du département méthodes et opérations de l’activité de raffinage, Miloud Amara, a révélé que le complexe avait alloué une enveloppe financière estimée à 11 milliards de dollars afin de développer les industries pétrochimiques et de raffinage.

Lors de son intervention dans le partage des « paris économiques » diffusé à la télévision publique, mercredi, au sujet des « industries pétrochimiques et de raffinage en Algérie… la nouvelle stratégie du complexe Sonatrach pour faire avancer ces industries », Amara a expliqué que « les Le complexe Sonatrach a alloué un montant de 11 milliards de dollars pour développer l’activité raffinage et pétrochimie dans le cadre du budget des investissements qui a été suivi pour le plan quinquennal 2022-2026, qui s’élève à 40 milliards de dollars.

Amara a souligné que le budget alloué à la mise en œuvre des projets prévus dans la pétrochimie et le raffinage s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Complexe Public des Hydrocarbures de fournir des matières pétrolières au niveau du marché national et de fournir des matières premières pétrochimiques à l’industrie algérienne. et les petites et moyennes entreprises, ainsi que pour réduire les importations et les transferts en devises fortes.

Pour sa part, le directeur du département pétrochimique du complexe, Lama Hassan, a évoqué la politique du complexe dans le traitement du pétrole brut, notant que Sonatrach possède actuellement sept véhicules de transformation pétrochimique au niveau national qui emploie plus de 3.000 travailleurs. à titre permanent, dont deux véhicules avec 100% de propriété du complexe et cinq véhicules achevés dans le cadre d’un partenariat.

Selon le porte-parole, ces véhicules ont permis la valorisation d’environ 5 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an et l’exportation de plus d’1 milliard de dollars de produits pétrochimiques au cours de l’année 2019.

Il devrait doubler le nombre au cours de 2022, a ajouté le responsable, notant que la stratégie adoptée à court et moyen terme est de concrétiser un programme pour la réalisation de 6 projets de développement de la pétrochimie, dans le cadre de la mise en œuvre des hydrocarbures. des projets de valorisation mis en place par le gouvernement pour asseoir le tissu d’une industrie pétrochimique en Algérie et une réduction de la facture d’importation des matières pétrochimiques.

A cet égard, le porte-parole a rappelé la réalisation de 3 projets avec des efforts particuliers par Sonatrach et 3 autres projets dans le cadre de partenariat avec des étrangers.

Il s’agit du projet de Methyl Tertiary Butyl Ether (MTBE), qui est utilisé comme additif pour améliorer la fabrication d’essence sans plomb au niveau de la raffinerie et pour éliminer son importation, qui a été récemment lancé dans la zone industrielle de Barzio.

Le deuxième projet est l’achèvement d’une unité de production d’alkylbenzène linéaire à Skikda utilisée dans l’industrie de la détergence, d’une capacité de production de 100 000 tonnes par an, ce qui permettra de réduire les importations et de faire de l’Algérie un exportateur de ces matières.

Par ailleurs, Lama a évoqué le projet d’un « complexe de triple craquage pour le naphta et le gaz de pétrole liquéfié à la vapeur » d’une capacité de production de 1 million de tonnes par an, qui sera achevé dans la zone industrielle de Skikda.

Il a également évoqué le projet de réalisation d’un compound pétrochimique pour convertir le propane en polypropylène en Turquie dans le cadre d’un projet d’investissement à l’étranger pour le complexe Sonatrach, ainsi que le projet Sonatrach avec une entreprise française de construction d’une unité de production de 550 mille tonnes par an. de polypropylène à Arzew, ainsi qu’un autre projet de production de méthanol et ses dérivés au niveau d’Arzeo, pour répondre aux besoins du secteur agricole algérien en engrais.

Tous ces projets dépendent, selon Lama, de la ressource humaine algérienne et de l’apport de partenaires étrangers disposant d’une expertise technique et d’un accès aux marchés mondiaux de la pétrochimie, dont certains sont encore « fermés ».

Pour sa part, Amara a estimé que le développement de la pétrochimie permettra à Sonatrach de valoriser les matériaux hydrocarbures produits localement dans ses véhicules et sa raffinerie et d’économiser en devises fortes, notant par exemple que Sonatrach a alloué environ 170 millions de dollars au cours de l’année écoulée pour importer du MTBE , ce qui permet d’améliorer la qualité de l’essence Sans plomb.

Concernant l’achèvement de l’unité linéaire de production d’essence à Skikda, qui sert à la fabrication de détergents, Emara a déclaré que ce projet est en cours de réalisation et que le contrat d’achèvement sera signé en mars 2023 après l’achèvement de la phase de sélection des partenaires. , dont le délai d’exécution a été fixé à 36 mois.

Article précédentDans la vidéo: l’intervention des hélicoptères de la protection civile pour éteindre les incendies de Bejaia
Article suivantUn guide complet sur l’activité de commerce électronique en Algérie. étape par étape