Un jour après la rencontre de Tebboune et Erdogan, Bashagha quitte Tripoli en accord avec Dabaiba

0
Bashagha Dabaiba
Advertisement

Le chef du gouvernement internationalement non reconnu, nommé par la Chambre des représentants, Fathi Bashagha, a quitté la capitale libyenne , Tripoli , au lendemain de la rencontre entre le président Abdelmadjid Tebboune et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.

Tebboune et Erdogan avaient souligné lors d’une conférence de presse tenue au palais présidentiel d’Ankara la nécessité de réduire les tensions et de soutenir les Libyens afin d’aller au plus vite vers des élections législatives et présidentielles.

Lors d’une conférence de presse avec son homologue turc, le président a déclaré que l’Algérie et la Turquie sont fondamentalement d’accord sur leur position sur la crise libyenne, qui est d’organiser des élections comme solution à celle-ci.

Tebboune a déclaré : « Nous avons un accord substantiel avec la Turquie concernant la crise en Libye, et nous avons convenu de poursuivre la coordination ».

Selon ce qui a été rapporté par Al Araby Al-Jadeed, Tebboune a confirmé que l’Algérie et Ankara ont convenu que la solution en Libye est de rendre le pouvoir au peuple par le biais d’élections, ajoutant : « Nous sommes prêts à aider ».

Tebboune a récemment reçu le chef du gouvernement d’union nationale internationalement reconnu, AbdelHamid Dabaiba, et des chefs militaires libyens, et les a assurés du soutien de l’Algérie à son gouvernement et à son projet d’organiser des élections législatives et présidentielles.

La chaîne de télévision libyenne Al-Ahrar a cité la Brigade 444 qui a déclaré que l’opération visant à retirer de la capitale le Premier ministre désigné de la Chambre des représentants, Fathi Bashagha, avait réussi sans effusion de sang.

La brigade a confirmé qu’il avait servi de médiateur pour faire sortir Bashagha de Tripoli afin d’empêcher que la capitale ne soit entraînée dans la guerre et l’effusion de sang, notant que des efforts de médiation avaient été faits après avoir contacté le chef du gouvernement d’unité nationale, Abdel Hamid al-Dabaiba, et tous les militaires. bataillons pour organiser un départ pacifique vers Bashagha.

Article précédentUn consensus dans les positions entre l’Algérie et la Turquie concernant le dossier libyen
Article suivantLe gouvernement du Mali annonce qu’il a déjoué une tentative de coup d’État soutenue par un pays occidental