La mobilisation citoyenne contre l’exploitation du gaz de schiste s’intensifie au sud du pays. La colère s’étend dans pratiquement toutes les wilayas du sud. Un mouvement de protestation qui a commencé à bénéficier de l’adhésion de toute la population.

Les réseaux sociaux sont fortement utilisés par les meneurs de ce mouvement pour vulgariser leurs actions. Dans la vidéo ci-dessous, on voit le militant anti-gaz de schiste, Mohad Kasmi, en train de galvaniser la foule des protestataires. Celui-ci interpelle le Président de la République pour annuler ce projet arguant que les populations du sud ne le laisseraient jamais passer. Il invite les citoyens à ne pas écouter les discours des faux spécialistes. « In Salah n’est qu’une première étape pour l’opposition à l’exploitation de ce gaz très dangereux pour la santé, et pour la nature » lance-t-il. « Vous ne devez pas être dupés par les discours des partis politiques proches de l’Etat. La seule personne qui porte la responsabilité, c’est le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. Celui-ci a dépassé toutes les limites ! » dit-il devant une foule nombreuse qui scande des slogans anti-gaz de schiste.  » Nous dirons au Président qu’il a tort d’avoir pris cette décision ! » Kasmi accuse les autorités algériennes de complaisance avec des entreprises étrangères pour la spoliation des richesses nationales. « Nous sommes prêts à faire barrage à ce complot ! » crie-t-il. Le militant n’a pas épargné le silence lamentable des élus de la région. Moha Kasmi pointe du doigt également certaines télévisions, accusées de connivence avec les lobbys proches du régime, de faire de la propagande contre ce mouvement citoyen.

Notez cet article