4 sociétés internationales pour sortir de la crise automobile en Algérie

0
crise automobile en Algérie
Advertisement

Algerie: Plusieurs médias ont révélé, mardi, que des sociétés internationales du secteur automobile ont exprimé leur volonté de construire des usines en Algérie et de mettre fin à la crise automobile.

Cela s’est produit un jour après que le Premier ministre Ayman Benabderrahmane a invité les concessionnaires italiens à investir dans le secteur de la construction automobile en Algérie.

Ben Abderrahmane a exprimé l’ambition de l’Algérie de parvenir à une « véritable industrie » dans le domaine de la construction automobile, compte tenu de ses facteurs de succès, notamment l’augmentation du taux d’intégration, le transfert de technologie et le développement de la manutention.

mardi, le site « Al-Chorouk » a cité le chef du Conseil national de concertation pour le développement des petites et moyennes entreprises, Adel Ben Sassi, disant que 4 complexes automobiles internationaux, européens et asiatiques, avaient manifesté leur intérêt à entrer le marché algérien.

Il a affirmé la volonté de ces complexes de construire des usines locales, à une époque où 14 groupes contrôlaient la production automobile dans le monde, selon la même source.

En septembre 2021, le ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, avait annoncé l’intention du gouvernement de revenir à la fabrication de voitures localement, soulignant qu’il rencontrerait des responsables d’entreprises et d’usines internationales dans ce domaine, pour ouvrir le dossier sérieusement.

« Nous sommes en mesure de fabriquer des voitures localement, et l’expérience portera des voitures demandées par le marché algérien, des voitures électriques et quelques hybrides », a déclaré Zeghdar dans des communiqués de presse .

Il a souligné que « la sélection des partenaires se fera de manière rationnelle afin de servir le produit local, répondre aux exigences du marché intérieur, et bénéficier au trésor public algérien, à travers l’exportation vers l’Afrique ».

La crise automobile domine le marché national depuis plus de 3 ans, malgré les promesses du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et des ministres successifs du secteur de l’industrie.

Article précédentEntretiens algéro-russes pour la coopération et l’échange d’expériences dans le domaine des médias
Article suivantAlgérie: Vers la promulgation de lois strictes pour réglementer l’activité de vente de voitures neuves