5 années de prison pour l’ancien ministre de l’Industrie.

0
Djamila Tamazirt
Advertisement

Algerie: La 10ème chambre pénale du Conseil judiciaire d’Alger l’a condamné à 5 ans de prison en vigueur et à une amende de 300 mille dinars pour l’ancien ministre de l’Industrie Djamila Tamazirt.

Selon des sources, elle a également condamné son mari de deux ans de prison et confisqué tous les produits de la criminalité et les fonds détenus dans des comptes bancaires.

Le mari de la sœur du principal accusé, Balkmi Nasser, a été condamné par contumace à deux ans de prison et à une amende de 300 mille dinars, le mandat d’arrêt international étant maintenu.

le procureur général du Conseil judiciaire d’Alger a demandé une peine de 10 ans d’emprisonnement et une amende de 3 millions de DZD pour l’ancien ministre de l’Industrie, Djamila Tamazirt.

Elle fait le suivi d’une affaire de corruption lorsqu’elle était directrice des moulins Corsso entre 2009 et 2015.

Le procureur général a demandé 5 ans de prison et une amende de 3 millions de DA pour Hafid Akhnach, le mari de l’accusé, Tamazirt.

Les demandes de l’accusation comprenaient la confiscation de tous les produits de la criminalité transférés et les fonds détenus dans des comptes bancaires saisis sur ordre du juge d’instruction, selon l’agence de presse algérienne.

En février dernier, le Pôle criminel spécialisé dans les crimes financiers et économiques au Tribunal de Sidi mhamed a condamné son mari à cinq ans de prison et 300000 DZD d’amendes, tandis que son mari a été condamné à deux ans de prison.

L’affaire a été suivie par des délits de fausse déclaration de biens, l’utilisation du travail pour obtenir des privilèges et l’octroi d’avantages indus à d’autres au moment de la conclusion des transactions, alors qu’elle était gestionnaire du complexe de Riyad « Corsso » et les conflits d’intérêts.

Le juge a rendu un jugement exigeant la confiscation, selon la même source, de tous les produits de la criminalité transférés et des fonds détenus dans les comptes bancaires des défendeurs.

L’ancien Ministre a poursuivi dans un dossier un partenariat entre Omar Ben Omar Complex et Corsso Mills, ainsi que des mesures pour mener une expertise sur les équipements vendus sous forme de déchets ferreux d’un montant n’excédant pas 44 millions de DZ sans compter sur les prix proposés par les membres du comité d’enchères.

Article précédentUn haut responsable accusés de viol en France.
Article suivantMagazine militaire américain : les chasseurs algériens Su-30 sont les plus puissants d’Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici