Le procureur a requis de lourdes peines de prison à l’encontre des deux anciens Premier ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, dans l’affaire de l’ex-patron de la résidence d’État « Moritti » Hamid Melzi qui a lui aussi été condamné à une peine de sept ans de prison assortie d’une amende.  

A l’issue de son réquisitoire, le procureur a requis une peine de dix ans de prison à l’encontre d’Ahmed Ouyahia  et une peine de huit années de réclusion à l’encontre Abdelmalek Sellal. Le parquet a également requis une amende d’un million de dinars à l’encontre des deux anciens hauts responsables.

Le procureur a également requis une peine de sept années de prison, assortie d’une amende de cinq millions de dinars, à l’encontre du principal accusé, Hamid Melzi.

Une peine de quatre ans de réclusion, assortie d’une amende de cinq millions de dinars ont également été requises contre trois des fils Melzi impliqués dans cette affaire. Trois sans de prison ferme, assortie d’une amende de 500 000 DA ont également été requise contre Walid Melzi.

L’ancien directeur général de la compagnie aérienne Air Algérie, risque, quant à lui, une peine de six ans de prison ferme et une amende d’un million de dinars.

Le procureur a également requis une peine de sept ans de prison, assortie d’une amende d’un million de dinars à l’encontre de l’ancien directeur à Algérie Télécom, Choudar Ahmed.

Il convient de rappeler que Hamid Melzi a été placé sous mandat de dépôt en mai 2019 est poursuivi par le même tribunal pour abus de fonction volontaire à l’effet d’accorder d’indus privilèges en violation des lois et réglementations, outre la conclusion de contrats en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur pour attribution d’avantages injustifiés à autrui.

Article précédentHouda Feraoune / « Notre but a toujours été l’intérêt de l’Algérien et la sauvegarde de ses données personnelles »
Article suivantFront social/ Les paramédicaux passent à l’action