Le ministre des Ressources en eau, Karim Hasni, a annoncé une amélioration de l’alimentation en eau potable dans capitale la durant le mois de ramadan.

Intervenant devant la commission de l’habitat, de l’équipement, de l’hydraulique et de l’aménagement du territoire de l’APN, il a précisé que « les capacités productives quotidiennes de la wilaya d’Alger passeront de 750.000 m3/jour à 850.000 m3/jour durant le mois de Ramadhan, en attendant d’atteindre 900 000m3/jour en été ».

Concernant la faible pluviométrie enregistrée en raison des changements climatiques, le ministre a indiqué que la sécheresse qu’avait connue l’Algérie l’année dernière à l’instar de plusieurs pays du monde était à l’origine de la baisse du niveau d’eau au niveau de 22 barrages.

Il s’agit, selon le ministre, de 5 barrages dans l’ouest du pays, six dans le bassin du Chélif, 8 dans le centre et 3 barrages dans la région est.

Cette situation a influé sur l’approvisionnement de la population en eau potable au niveau de 20 wilayas, 10 au centre, 6 à l’ouest, et 4 à l’est.

Dans ce contexte, le ministre a indiqué que les eaux superficielles sont exploitées à hauteur de 50% dans plusieurs wilayas.

Et d’ajouter: « cette situation a induit en général la réduction de la quantité d’eau produite au quotidien passée de 9,9 millions m3/jour en 2020 lors de l’application du système de distribution 24/24h, à 9,1 millions m3/jour, soit un déficit de 800 000 m3/jour.

Pour sécuriser les vingt wilayas les plus touchées par le déficit hydrique, la tutelle a recouru à un programme d’urgence prévoyant l’exploitation de ressources supplémentaires à partir des eaux souterraines, à travers la réalisation de 800 puits, dont la moitié est entrée en service, tandis que 400 puits sont en cours de réalisation à un stade très avancé, a précisé le ministre.

En dépit des efforts déployés pour fournir des ressources supplémentaires dans ces wilayas, les différences entre les wilayas persistent toujours, selon le ministre, qui a souligné la nécessité d’y remédier par la « solidarité hydrique » entre wilayas.

A cet égard, il a expliqué que ce processus a été engagé dans la région du Centre, en ce sens que l’approvisionnement en eau du barrage de Koudiat Asserdoune sera limité aux wilayas de Tizi Ouzou, Boumerdès, Bouira et M’Sila, sans Alger.

Il en va de même pour le barrage de Taksebt, qui alimentera principalement les communes de Tizi Ouzou et Bejaia, tandis que les eaux du barrage de Ghrib, qui alimentaient indirectement la capitale, seront affectées à l’alimentation des communes de Médéa et Aïn Defla.

Cette mesure s’explique par le fait que la capitale recourt désormais sur les eaux souterraines et sur le dessalement de l’eau de mer.

M. Hasni a rassuré sur l’approvisionnement en eau potable de la wilaya d’Oran, qui accueillera les Jeux méditerranéens en juin prochain, tout en soulignant que cette wilaya bénéficiera des ressources d’autres wilayas à l’instar de Tlemcen, outre les barrages de la région du Chélif.

La station de dessalement d’El-Mactaa sera également réhabilitée afin de porter sa capacité de production à 370.000 M3/jour, a ajouté le ministre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici