Algérie-Espagne : Sonatrach veut tripler les prix du gaz exporté vers Madrid

0
Algérie-Espagne
Advertisement

Algérie Espagne : Un site Internet espagnol a révélé que Sonatrach, dans ses négociations avec l’énergéticien espagnol Naturgy , avait proposé de porter le prix du gaz à trois fois ce qu’il est actuellement.

Selon le site espagnol 20 Minutes, citant ses propres sources, Sonatrach cherche à dissocier ses prix du gaz du brut Brent, dont les prix sont actuellement de 91 dollars, et de les lier aux prix du marché néerlandais du gaz « TFF », dont les prix atteindre 228 dollars.

La même source a déclaré que cela signifie tripler le prix, ce qui fait à nouveau augmenter la facture énergétique en Espagne et pèse sur les consommateurs avec l’arrivée de l’automne et l’approche de l’hiver.

Le site Internet indiquait que l’Union européenne tentait d’intervenir pour contrôler les prix sur le marché néerlandais et freiner la spéculation.

L’indice néerlandais est l’un des centres de vente européens les plus liquides et vend du gaz en termes de contrats à terme sur le gaz.

Les relations algéro-espagnoles connaissent une grande tension en raison du changement de position de Madrid sur le conflit saharien et de son adoption de la proposition marocaine visant à accorder aux Sahraouis une autonomie sous sa souveraineté.

Sonatrach avait annoncé plus tôt qu’elle réviserait les prix du gaz à destination de l’Espagne exclusivement, tout en maintenant les prix antérieurs pour les autres clients.

L’entreprise a également réduit de moitié le flux d’énergie vers la péninsule ibérique, ce qui a obligé Madrid à acheter du gaz à la Russie, malgré les décisions strictes de l’Union européenne concernant les relations avec la Russie dans le domaine de l’énergie.

Il est à noter que l’Algérie a averti l’Espagne de la possibilité de couper définitivement l’approvisionnement en gaz si une partie était dirigée vers une autre destination, en référence au Maroc.

Après 6 mois de brouille diplomatique entre les deux pays, Madrid fait de grands efforts pour rétablir les relations avec l’Algérie à son prédécesseur, mais ce dernier préfère attendre et ne pas normaliser les relations sous le gouvernement de Pedro Sanchez.

Article précédentOfficiellement: La France refuse d’extrader « Amir DZ » vers l’Algérie
Article suivantAllocation chômage : les bénéficiaires contraints à une formation professionnelle en présentiel