Algérie Finance: Des gains historiques pour le dinar algérien !!

0
dinar algérien
Advertisement

Algérie: Ces derniers jours, le dinar algérien a enregistré un bond soudain des transactions bancaires officielles, le premier du genre depuis une décennie, mais il est stable sur le marché noir des devises.

Selon les données officielles de la Banque d’Algérie, la valeur du dinar algérien, vendredi soir, par rapport au dollar américain a atteint 140,68 dinars algériens, tandis que la valeur de l’euro a atteint 139,45 dinars algériens.

La monnaie algérienne a réalisé des gains de 6 dinars face à l’euro et au dollar par rapport aux premiers mois de cette année, enregistrant une hausse de 12,5% par rapport à 2021, tandis que le prix de la monnaie de référence dans le budget 2022 fixe la valeur du dinar contre le dollar américain à 149 dinars pour un dollar.

Le professeur et économiste, Mourad Kouachi, attribue ce bond du dinar face aux devises étrangères à des indicateurs macroéconomiques positifs, réalisant une croissance de 3,6%, en plus du produit brut national pour cette année, estimé à 180 milliards de dollars.

Le même porte-parole a ajouté à la radio régionale Sétif que l’augmentation des réserves de change suite aux exportations de l’Algérie dans le domaine des hydrocarbures a contribué à la hausse de la valeur du dinar, en plus de facteurs externes tels que la baisse de la valeur du le dollar et l’euro.

L’économiste s’attend à ce que les revenus de l’Algérie provenant des hydrocarbures atteignent 60 milliards de dollars cette année, tandis que les exportations hors hydrocarbures dépasseront l’objectif fixé de 7 milliards de dollars.

Le plus gros problème actuellement est l’inflation, qui est un problème mondial dont souffrent tous les pays, selon des rapports non officiels, le taux a atteint 10%, et l’appréciation de la valeur du dinar contribue à ralentir le taux d’inflation

S’agissant de l’impact citoyen sur la hausse de la valeur du dinar, Mourad Kouachi a indiqué qu’il contribuera à la stabilité du pouvoir d’achat des citoyens et à la stabilité des prix des produits, tout en écartant la baisse des prix à la consommation due à la mentalité des le commerçant algérien, et la puissance du marché parallèle, qui est le plus grand obstacle auquel est confrontée l’économie nationale.

Afin de préserver ces acquis, l’économiste a appelé à continuer à encourager la politique d’exportation hors hydrocarbures, et à prêter attention aux autres secteurs à avantage concurrentiel, comme le secteur minier, dont seuls 14 des 30 minerais sont exploités, en en plus du tourisme, de l’agriculture et des entreprises émergentes.

Kouachi a souligné que l’adhésion de l’Algérie au groupe « BRICS », qui est le pays à la croissance la plus rapide au monde, donne une forte impulsion économique, car il traite dans la monnaie locale, et il y a un grand soutien de la Chine, de la Russie et de l’Afrique du Sud.

L’adhésion a pour but d’activer les transactions économiques entre ces pays dans la monnaie locale, et c’est un pas de géant pour l’économie nationale, selon l’économiste Kouachi.

Article précédentHafid Derradji révèle sa position sur un affrontement verbal entre Belmadi et les journalistes
Article suivantL’équipe nationale algérienne de football remporte le match amical contre la Guinée