palais du gouvernement

le ministère de l’Énergie et des Mines a annoncé Aujourd’hui, dimanche, le lancement de projets de recherche et d’exploitation de minerais dans le but d’intensifier les investissements dans le secteur minier .

La conseillère du ministre en charge du secteur minier, Fatiha Rebhi, a expliqué à la radio algérienne que l’opération fait partie d’un ensemble de mesures urgentes adoptées par le ministère dans le but de relancer l’activité minière.

Rebhi a révélé que le ministère de tutelle a lancé 26 projets de recherche de minéraux pour un coût de 1,8 milliard de dinars.

La porte-parole a annoncé la découverte de 32 matériaux miniers inexploités, dont des minéraux, des terres rares, du lithium, du cuivre, du manganèse, des sels de potassium, du soufre, des pierres précieuses, du plomb et du zinc.

Le même responsable a indiqué que le programme de l’année en cours comprend 26 projets d’un coût de 1,8 milliard de dinars algériens pour couvrir les gisements et sites de matières minérales, et le lancement et le lancement du projet intégré d’exploitation de la conversion du phosphate, ainsi que le le projet d’évaluation du gisement de fer de Ghar Jbeilat et le projet d’exploitation des gisements de zinc et de plomb de la vallée de l’Amizour.

Il est prévu que le ministère de l’Énergie et des Mines tiendra prochainement une réunion avec des investisseurs privés dans le domaine minier pour expliquer les mesures de facilitation et écouter leurs préoccupations.

Le ministère a indiqué avoir mis en place des installations dont la plus importante est la réforme du cadre législatif et réglementaire lié aux activités minières, qui doivent être développées conformément aux normes environnementales compétitives internationales.

Elle a souligné la fourniture d’informations et de données de base relatives à la cartographie géologique et à l’inventaire minéral aux investisseurs.

En plus d’intensifier les programmes de recherche minière, d’augmenter la productivité, de diversifier les produits miniers et de recourir aux nouvelles technologies de l’information et de la communication et à la numérisation pour créer des bases de données et des systèmes modernes et avancés.