macron

Les Algériens ont vivement réagi aux déclarations provocatrices du président français Emmanuel macron contre le gouvernement et le peuple algériens, appelant à l’expulsion de l’ambassadeur de France François Gouyette et à une révision des relations entre les deux pays.

Les pionniers des réseaux sociaux ont lancé un tag intitulé : « L’expulsion de l’ambassadeur de France est une demande populaire » #طرد_السفير_الفرنسي_مطلب_شعبي, à travers laquelle ils réclamaient une escalade avec la France et une révision de la nature des relations avec ce pays.

Les militants estiment que la déclaration de la présidence de la République publiée hier, samedi, en réponse au départ de Macron, était « la première étape des inévitables étapes d’escalade ».

D’autres ont ajouté que la réponse officielle algérienne était dure en décrivant les crimes du colonialisme français comme un génocide, des crimes contre l’humanité, des massacres et des holocaustes, puis en donnant au chiffre officiel le nombre de martyrs.

Et un tweeter a estimé que la réponse appropriée à la France est de généraliser la langue arabe et de criminaliser l’usage du français dans les administrations et les institutions et de le remplacer par l’anglais dans l’enseignement.

Un compte participant au tag a déclaré que « les cris sont à la mesure de la douleur » alors que la France perd tous ses privilèges en Algérie et que ses entreprises sont expulsées les unes après les autres, soulignant que le peuple algérien fait la queue derrière sa direction, en attendant une escalade.

L’Algérie a décidé de rappeler immédiatement son ambassadeur à Paris pour consultations, après les déclarations de Macron insultant le régime algérien et l’histoire de son peuple.

Selon le communiqué de la Présidence de la République, l’Algérie a exprimé son rejet catégorique de l’ingérence inacceptable dans ses affaires intérieures, comme indiqué dans ces déclarations.

La présidence a ajouté que la remise des diplômes de Macron porte en elle une atteinte inacceptable à la mémoire de 5 630 000 martyrs, qui ont sacrifié leur vie et leurs ressources dans leur résistance héroïque contre l’invasion coloniale française, ainsi que dans la guerre bénie de libération nationale.