Algérie-Maroc: Les déclarations de Raïssouni sont un appel explicite au terrorisme

0
Ahmed Raïssouni
Advertisement

Algérie Maroc: La classe politique algérienne, des organisations nationales et des personnalités éminentes ont condamné les déclarations hostiles du président de l’Union internationale des savants musulmans, le prédicateur marocain, Ahmed Raissouni, contre l’Algérie, les qualifiant de « déviation » dangereuse et d’appel explicite au terrorisme.

Les politiciens algériens ont souligné la nécessité pour la classe politique du pays de se rallier aux institutions de la république, de renforcer le front national et de faire face aux menaces extérieures menées par des langues payées qui n’ont rien à voir avec l’islam qui exploitent le manteau de l’Union internationale des musulmans Les savants injectent leur poison sur l’Algérie, un acte hostile dirigé par le soi-disant Ahmed Raissouni.

Justice et développement : Raissouni a profité de l’union pour réaliser les ambitions du Makhzen.

Le chef du Conseil national de la choura du Front justice et développement, Lakhdar bin Khallaf, a déclaré que le chef de l’Union internationale des savants musulmans, Ahmed Raissouni , a profité de sa position pour servir les ambitions expansionnistes du Makhzen au détriment de la souveraineté de tout un pays.
Ben Khallaf répond aux propos hostiles tenus par le demandeur Raissouni contre l’Algérie et la Mauritanie, en disant que cette dernière tente par ses propos irresponsables de porter atteinte à la dignité et à l’unité de tout un peuple, en plus de porter atteinte à la crédibilité de l’existence de la l’État de Mauritanie, déclarant : « Al Raissouni appelle à la sédition et au combat parmi les musulmans au lieu de les appeler à l’unité. et les a réunis pour affronter leurs ennemis », a-t-il ajouté, ajoutant : « Sa position remet en question la crédibilité de l’organisme qu’il dirige et contredit les délibérations et les décisions de cet organe, qui oblige ses membres à le rejeter et à exclure ceux qui en sont issus.

Mokri: Raissouni doit être démis de ses fonctions de président de l’Union des savants musulmans

Le chef de la Société pour le mouvement de la paix, Abdel Razzaq Mokri, a appelé hier à la destitution du Marocain Ahmed Raissouni de son poste de président de l’Union générale des savants musulmans, après ses propos insultants à la souveraineté de l’Algérie sur son territoire.

Dans un article qu’il a publié sur ses pages sociales, Makri a déclaré que ce qui est ressorti des déclarations télévisées de Raissouni, dans lesquelles il a explicitement appelé à une attaque contre la souveraineté algérienne dans la province de Tindouf, est « un appel à la guerre entre deux pays musulmans ».

Le chef du Hamas a ajouté dans son article : « Les érudits de la nation devraient nier avoir appelé à la guerre entre deux pays musulmans frères, dans laquelle Raissouni était impliqué. Il doit démissionner de la présidence de l’Union internationale des savants musulmans ou ils doivent le renvoyer.

Il a ajouté: « S’il y a une vérité, Raissouni devrait se tenir devant elle avec révérence et respect, afin que l’émirat lui-même ne dise pas du mal de lui avec ce qu’il a prononcé de paroles honteuses qui créent la sédition et l’inimitié, c’est le sang abondant qui les Algériens ont cédé à la résistance populaire et à la révolution de libération de novembre, et toutes sortes de sacrifices dans chaque centimètre carré de leur pays afin de gagner son indépendance et de s’emparer de toute leur terre, telle qu’elle est aujourd’hui du colonialisme français, et à l’intérieur de ces terres, les terres du cher sud, pour lesquelles la révolution de libération s’est poursuivie encore deux ans après 1960, lorsque de Gaulle a été vaincu et a tenté de sortir d’Algérie sans le Sahara.

RND : C’est une invitation à l’extrémisme et au terrorisme

L’Assemblée nationale démocratique a condamné les déclarations du président de l’Union internationale des savants musulmans, les qualifiant de pratiques incitatives contre l’Algérie et les peuples de la région. Le groupe politique dirigé par Tayeb Zitouni a considéré les déclarations de Raissouni comme une invitation explicite à pratiquer le terrorisme, qui doit être condamné, d’autant plus qu’il est considéré comme une menace pour la sécurité et la sûreté de la région et l’unité de ses peuples.

L’Assemblée nationale démocratique a également appelé les savants de la nation islamique à dénoncer l’extrémisme idéologique haineux émis par les soi-disant Raissouni et à œuvrer pour libérer l’Union internationale des savants musulmans de cette figure religieuse qui pratique la tromperie et l’incitation, au lieu de propager vertus de l’islam et de ses enseignements tolérants. Le régime makhzen, qui est allié aux sionistes, d’autant plus qu’il a montré le visage hideux du régime makhzen, qui tend à chaque fois sa main empoisonnée à l’Algérie pour tenter de réaliser des ambitions expansionnistes en toute la région. » Aux menaces et dangers auxquels l’Algérie est confrontée, en particulier à la lumière des conditions régionales sensibles et délicates.

Sawt al-chaab : Nous refusons l’exploitation de la religion au service des ambitions du Maroc

Le parti Sawt al-chaab, dirigé par Lamine Osmani, a dénoncé les déclarations du président de l’Union internationale des savants musulmans Ahmed Raissouni, qui a lancé son poison contre L’Algérie en appelant au djihad à Tindouf et sa non-reconnaissance des États de Mauritanie et du Sahara occidental.

Osmani a déclaré que ce qui a été émis par ce dernier est une déviation des valeurs sur lesquelles l’union a été construite, car il cherche à corriger cet organe pour servir des ambitions expansionnistes au lieu d’appeler le peuple marocain à soutenir la cause palestinienne et à s’opposer normalisation, ajoutant: « Nous, du Parti de la voix du peuple, condamnons cette déclaration publiée par Tongues sont payés et n’ont rien à voir avec l’islam, et les érudits de l’union doivent corriger cet organe dans la direction et la base pour lesquelles il a été créé, et non l’employer dans des intérêts étroits. » Islamique.

Liberté et justice : Raissouni a prouvé sa loyauté envers le Makhzen au détriment de la nation islamique.

Le Parti de la liberté et de la justice a qualifié les déclarations du président de l’Union internationale des savants musulmans contre l’Algérie et la Mauritanie de « transgression dangereuse et d’appel explicite au terrorisme sur une partie du territoire national », d’autant plus qu’elles ont été émises par une personne qui dirige la plus grande institution d’érudits musulmans.

Le parti a appelé l’Union internationale des savants musulmans à prendre une position explicite et claire sur ces propos dont le danger dépassait toutes limites – selon eux – ou du moins le renvoi de l’intéressé et sa destitution de tous les organes de l’institution islamique parce que ce qui a été émis par lui confirme sa loyauté envers le tribunal makhzani par rapport à sa loyauté envers les causes de la nation islamique, et c’est une position incitative dangereuse, selon le communiqué du parti.

Le Conseil islamique suprême : Ces déclarations sont une sédition et une honte

Le Conseil islamique suprême a condamné les déclarations du président de l’Union internationale des savants musulmans, les qualifiant de sédition de l’histoire et de la mémoire. général du Conseil, Boumediene Bouzid, qui a publié un long article sur sa page Facebook officielle, que les propos du président de l’Union internationale des savants musulmans, Ahmed Raissouni vis-à-vis de l’Algérie, « une sédition dans l’histoire et la mémoire, » considérant que « les cheikhs directs et indirects de Raissouni sont connus pour leur sagesse et leur patriotisme constructif, comme Mohammad ibn al-Taher ibn Achour et Allal al-Fassi », car Boumediene estime que Raissouni aurait dû considérer sa position et son statut scientifique et son rôle religieux dans la réconciliation entre musulmans et l’appel à la paix et à la fraternité avant de faire de telles déclarations.

Le secrétaire général du Conseil a également critiqué ce qu’il a décrit comme « les tentatives répétées des secrétaires circulant à la tête du syndicat pour en faire une plate-forme d’interactions politiques, qui contredisent l’esprit de la Charte islamique adoptée par le syndicat il y a des années ». , qui appelait à renoncer à la violence, aux combats et à la discorde.

L’Association Rahmani pour les Angles Scientifiques : Raissouni appelle à la sédition et aux combats parmi les Musulmans ”

Dans un communiqué signé par son président, Mohammad al-Mamoun al-Kasimi, l’association a estimé que l’appel de Raissouni au jihad à Tindouf et son discours sur la Mauritanie étaient une invitation explicite à allumer le feu des conflits et à approfondir la crise existante entre les deux pays. et mettre plus de cahots et d’obstacles dans le projet maghrébin.

L’association estime que Raissouni aurait dû mobiliser ses efforts pour contrecarrer la normalisation qui ferait place à l’entité sioniste et lui donnerait un pied au Maghreb.

Société Al-Ma’ali pour la science et l’éducation : L’appel de Raissouni est loin de l’esprit de la loi islamique.

L’association a reproché à Ahmed Raissouni les conséquences de cette déclaration et la sédition qui pourrait en résulter entre les deux peuples frères, l’appelant à se rétracter et à s’excuser pour ces propos provocateurs, comme le précise le communiqué : « Nous appelons toutes les instances et personnalités affilié à l’Union internationale des savants musulmans pour dénoncer et rejeter ces déclarations dangereuses

Article précédentFrance Football: Der Zakarian fait l’éloge de Belaili et insiste sur l’inclusion d’Islam Slimani
Article suivantRetour des expositions et salons à partir du 5 septembre: 20 clusters économiques pour attirer les investisseurs