Arkab révèle des minéraux de terres précieuses et rares en Algérie

0
minéraux de terres précieuses et rares en
Advertisement

Algerie: Le ministre de l’Énergie et des Mines, Mohamed Arkab, a déclaré dans une interview au magazine francophone « Injazat » que son ministère mène un ensemble de réformes dans le but de redynamiser et de développer le secteur minier, de contribuer à diversifier l’économie, selon une feuille de route de quatre ans.

Selon le ministre, le plan de mise à niveau du secteur minier en Algérie s’appuie sur l’énorme potentiel du pays et les grandes richesses qui s’y trouvent, notamment les minerais de terres précieuses et rares.

Mohamed Arkab a expliqué que l’analyse des environnements géologiques et structuraux a identifié une grande variété de potentiels. En ce qui concerne les minerais, des études ont découvert la présence d’or, d’argent, de zinc, de plomb, de cuivre, d’uranium, d’étain, de tungstène, de fer, de manganèse et de le molybdène, en plus des métaux rares comme le wolfram, l’étain, le tantale, le niobium et le béryllium.

Des données menées par le secteur minier en Algérie, selon Arkab, ont également révélé la présence d’éléments de terres rares tels que l’yttrium, le scandium et le cérium.Quant aux minéraux industriels, on trouve la barytine, la bentonite, le phosphate, la fluorite, le kaolin, le feldspath, le carbonate de calcium. , dolomie, soufre natif, voire diatomite, magnésite, gypse, sable siliceux et sels. .

Le ministre a expliqué que le sol de l’Algérie est également rempli de matériaux de construction et de roches décoratives, telles que le sable, le grès, le calcaire, le granit et le marbre, en plus des pierres précieuses coûteuses telles que le diamant, la topaze et le béryl, ainsi que des éléments du platine. groupe, tels que le platine, le palladium, l’iridium, le ruthénium, le rhodium et l’osmium, en plus du lithium, du cobalt et de l’indium, du germanium et du gallium.

Le ministre Arkab a déclaré que le développement du secteur minier en Algérie vise à accélérer le processus de diversification de l’économie, qui est actuellement dépendante du pétrole et du gaz, alors que l’industrie minière y est modeste, malgré le grand potentiel du pays, qui est mal découvert et réduit sa valeur.

Article précédentben Salmane effectue une visite « très importante » en Algérie. Voici les dossiers les plus marquants
Article suivantDéfense: saïd chengriha supervise un exercice tactique à balles réelles