Détails de l’ancien ministre des Finances recevant un pot-de-vin de 30 milliards de centimes

0
ministre des Finances
Advertisement

Algerie: L’ancien ministre des Finances, Mohamed Loukal , comparaîtra devant la justice, ce mercredi 6 juillet, soupçonné d’avoir reçu un pot-de-vin estimé à 30 milliards de centimes alors qu’il était PDG et directeur général de la Banque extérieure d’Algérie.

le juge d’instruction de la sixième chambre du pôle pénal économique et financier de Sidi M’hamed a saisi le dossier de l’ancien ministre des Finances, Mohamed Loukal et ses accompagnateurs, portant le n° 0014/ 22, le jeudi 23 juin, au service de l’ordonnancement qui l’a programmé au niveau de la branche 2 du pôle économique et financier le 6 juillet.

L’agence, qui est en détention provisoire depuis septembre dernier, a été inculpée d’abus de fonction, de dilapidation de fonds publics et de conclusion d’un accord en violation des dispositions législatives et réglementaires dans le but d’accorder des privilèges injustifiés à autrui.

Outre les accusations de prise illégale d’intérêts sur des contrats conclus par des établissements, à l’époque où l’acte a été commis en tant que leur gérant, abus d’influence et conflit d’intérêts, ainsi que délit de blanchiment d’argent par transfert, transfert, dissimulation, déguisement, l’acquisition, la possession ou l’utilisation de biens avec la connaissance de la source illégale comme produit du crime.

Selon des sources, le fond de l’affaire a été lancé, sur la base d’une lettre signée au nom des responsables de la Direction des biens de la Direction générale de la Banque étrangère algérienne, et adressée à la police judiciaire de la Banque centrale. Bureau pour la répression de la corruption le 2 décembre 2018, que le président a reçu le directeur général de la banque étrangère algérienne, dénommé Loukal Mohamed, avec la complicité d’un certain nombre de cadres de banque, un montant de 30 milliards de centimes a été versé à titre de pot-de-vin , et au courtier dénommé « S. Murad », qui a bénéficié d’un montant de 10 milliards de centimes lors de sa médiation pour conclure un marché d’achat d’un immeuble d’un montant de 110 milliards de centimes non équipé.

La même source a confirmé que le courtier, en exploitant son influence, a pu transférer de l’argent obtenu illégalement vers des biens immobiliers à l’intérieur du pays.

L’immobilier est représenté dans deux appartements situés dans la municipalité d’Hydra, et le soi-disant « A. Abdelhakim » suit également en tant que promoteur immobilier et « Ait. Nassima » en sa qualité de représentante légale de l’agence judiciaire du Trésor, aux côtés du soi-disant « R. Ezzedine ».

Article précédentSoolking va t’il animé la cérémonie de clôture des Jeux Méditerranéens Oran 2022 ?
Article suivantLe ministre espagnol des Affaires étrangères reconnaît l’incitation de l’UE contre l’Algérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici