Education: Controverse et confusion autour de la date de la rentrée scolaire

0
rentrée scolaire
Advertisement

Algérie Education: Le fait de ne pas divulguer la date de la rentrée scolaire a constitué une grande confusion pour les familles, car certains d’entre eux ont écourté leurs vacances d’été et sont retournés chez eux, et d’autres ont été confus quant à la détermination de la date de leur mariage, craignant qu’il ne coïncide avec le entrée sociale.

Alors que beaucoup ont commencé à acquérir des fournitures scolaires et des tabliers, en prévision d’une entrée sociale qui pourrait être annoncée à tout moment. Le ministère de l’Éducation nationale se tait, laissant la porte ouverte aux spéculations. Parmi ceux qui disent que les élèves iront à l’école le 7 septembre, d’autres disent le 10 et les autres le 20.

Pour la première fois, les Algériens se sont trouvés confus quant à la date d’inscription de leurs enfants dans leurs écoles, ce qui est inhabituel, car le ministère de l’Éducation nationale n’a pas annoncé la date d’entrée sociale prévue, bien qu’il ait publié la date d’entrée de l’école administrative. et le personnel pédagogique. Et cela a fait perdre beaucoup de familles, surtout celles qui attendaient leurs connexions.

Zarrouk : Les parrents attendent… même le système des groupes est ambigu

Maryam, de la capitale, est sur le point de se marier cet été, et comme elle n’a pas encore terminé ses préparatifs de mariage, elle attend avec impatience la date d’entrée à l’école. Elle a déclaré: « J’espère que les étudiants entreront leurs écoles après le 15 septembre. » La raison en est qu’elle a ensuite loué une salle des fêtes et qu’elle a peur que les invités ne viennent pas si leurs enfants vont à l’école.

Les familles ont peur que leurs mariages coïncident avec l’entrée à l’école

D’autres familles ont coupé leurs vacances d’été dès que le ministère de l’Éducation nationale a annoncé la date d’intégration des personnels administratifs et pédagogiques dans les établissements d’enseignement, alors qu’ils pensaient que l’entrée de leurs enfants se ferait début septembre prochain.

Quant à certains, ils ont programmé leurs vacances, fin août, qu’ils risquent de passer sur les nerfs, en prévision de l’annonce de la date d’entrée sociale à tout moment.

En outre, les parents ont exprimé leur mécontentement face au retard dans l’annonce de la date d’entrée à l’école, et selon eux, fixer une date précise les oblige à commencer à se préparer aux besoins de leurs écoliers, alors qu’ils sont à faciliter.

Cette ambiguïté s’est accompagnée d’une vague de blagues amusantes, à travers diverses plateformes de médias sociaux, comme d’habitude pour les Algériens, dans de telles situations.

Par exemple, l’un des commentateurs électroniques a déclaré que quiconque interroge le ministère de l’Éducation sur la date d’entrée à l’école, lui demande de parler du « privé », ce qui signifie que la question est devenue très importante. Et un autre a mis une photo des prêtres du Temple d’Amon, tirée de la série de notre maître Yusuf – la paix soit sur lui – alors qu’ils se consultaient dans la confusion, après que leur roi leur ait demandé la date d’entrée à l’école, mais ils l’ont fait pas trouvé de réponse à la question…

Obligation de maintenir le système des groupes

A ce sujet, le Président de l’Association des Parents d’Élèves de l’Etat de Blida, Ezzedine Zarouk, a confirmé que les élèves étaient dans un état de confusion, en raison du défaut de déclarer la date officielle d’entrée de leurs enfants, qui avaient interrompu leurs vacances, et d’autres qui étaient déroutés au moment de l’acquisition de fournitures scolaires. « Pour la première fois, il y a eu une telle controverse et le silence du ministère de l’Éducation nationale », a-t-il dit.

Le porte-parole a ajouté que même la question du regroupement dans les départements, qui a été adoptée par le ministère de l’Éducation nationale, lors de la pandémie de Corona, n’a pas encore été tranchée, si elle restera ou sera-t-elle annulée avec la disparition progressive de Corona , et selon lui, « Le processus de regroupement s’est reflété positivement sur les résultats scolaires des élèves, Selon la confirmation des enseignants et le témoignage des parents, en raison du petit nombre d’élèves dans une section, ce qui les aide à se concentrer, à comprendre et à participer .” En conséquence, « le ministère de l’Éducation nationale devrait maintenir le processus de regroupement des élèves », selon Zarrouk.

Article précédentCertains l’ont trouvé inquiétant : la NASA rend public le son produit par un trou noir (vidéo)
Article suivantA cause du Sahara Occidental, la Tunisie répond au Maroc par une déclaration ferme