Elle a bénéficiée de milliards de Bouteflika. En images’ rencontrer Yamina Benguigui l’accompagnatrice de Macron en Algérie

0
Yamina Benguigui Macron
Advertisement

L’ancienne ministre française Yamina Benguigui a accompagné le président français Emmanuel Macron lors de sa visite en Algérie.

Yamina Benguigui est apparue dans la délégation accompagnant Macron dans la ville d’Oran, notamment lors de sa visite au « Disco Maghreb », où elle prenait des photos de Macron alors qu’il échangeait une conversation avec le propriétaire de la boutique Boualem Disco West et dans un autre photo avec la jeune femme Zahouania.

Yamina Benguigui, réalisatrice du film « Sisters », était parmi les personnes présentes au défilé militaire du 5 juillet, à l’occasion des célébrations du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

ministre française Yamina Benguigui

Yamina Benqiqi, accompagnée du Consul d’Algérie à Paris

Yamina Benguigui est une productrice, réalisatrice et femme politique française. Née à Valenciennes en 1958 de parents algériens immigrés en France. Elle a présenté de nombreux documentaires avec France 2 et Canal Plus. Elle a également travaillé dans la réalisation de publicités et chansons vidéo, et depuis le troisième millénaire, elle participe à l’action politique. Elle a été élue membre du conseil d’arrondissement du 20e de la capitale française, Paris, et a pris le poste de ministre déléguée à la Francophonie en 2012.

Benguigui s’est rendue en Algérie alors qu’elle était ministre dans la projection du film « La nuit préférée au jour » du réalisateur franco-juif Alexandre Arkady, un film adapté d’un roman du même titre de l’écrivaine algérienne Yasmina Khadra.

Benguigui entretient de bonnes relations avec feu le président Abdelaziz Bouteflika et son frère Saïd, ce qui lui a permis d’obtenir d’importants financements de l’Algérie pour son film « Sisters ».

en juin dernier, la réalisatrice française d’origine algérienne annonçait que son dernier film, « Sisters », serait projeté dans différentes salles françaises.

Le film « Sisters » a reçu un soutien de l’Algérie avec plus d’un million de dollars, et il a suscité beaucoup de polémiques en raison de son approbation par le ministère algérien de la Culture, qui a sacrifié le comité de lecture de la « Fedatik » après avoir refusé de produire le film; Le comité était présidé par le scénariste Taher Bukala ; Le comité a été changé pour approuver le projet plus tard, mais le comité dirigé par Ahmed Badawi a refusé d’approuver le film, et malgré cela, le projet a été adopté sans l’approbation du comité, pendant la période du séjour d’Ezz El-Din Mihoubi.

L’ancienne directrice du Centre algérien pour le développement du cinéma, Shahinaz Mohammedi, a également été victime de Ben Qiki parce qu’elle a refusé de transférer une grande valeur financière à ce dernier, car Shahinaz Mohammedi a été sacrifiée et ses fonctions à la tête du centre ont été résiliés.

Yamina Benguigui

Yamina bin Qiqi lors du défilé militaire

A noter que le film raconte l’histoire de 3 soeurs, incarnées par des actrices françaises d’origine algérienne, emmenées par Isabelle Ajani, Rachida Brakni et l’actrice et réalisatrice Mayouane, qui se sont séparées après que l’une d’elles ait décidé de raconter sur scène la vie de leur mourante. père.

La réalisatrice et ancienne ministre, Yamina Benguigui, a expliqué que ce film abordera la question de la relation du pays d’origine avec le pays d’accueil, de l’enracinement et de l’intégration auprès du public communautaire.

Pour mémoire, jusqu’à présent, malgré la grande publicité que le film a reçue en France, les autorités de production en Algérie, en particulier le Centre algérien pour le développement du cinéma, ne se sont jamais prononcées sur la question de savoir si le film sera projeté ou non en Algérie. .

Article précédent5000 pièces militaires sont utilisées. L’Algérie participe aux manœuvres russo-chinoises
Article suivantA cause du gaz algérien, une terrible hausse du prix du bois de chauffage en Espagne