Emmanuel Macron accuse des partis français d’entraver les relations avec l’Algérie

    0
    président français, Emmanuel Macron

    Algérie France: Le président français, Emmanuel Macron, a accusé des partis français de tenter de bloquer la progression des relations algéro-françaises. Ces relations avaient connu une régression quelques mois après leur récupération, suite au trafic d’un ressortissant algérien recherché en justice par des intérêts français.

    Lors d’une conférence de presse, suite à l’annonce de la nouvelle stratégie de son pays en Afrique, le président français a déclaré qu’il était déterminé à avancer malgré cette affaire.

    Selon l’agence de presse française « Agence France Presse », il a critiqué ceux qui ont « un intérêt à ne pas parvenir » à une réconciliation avec l’Algérie. Toutefois, le président français n’a pas nommé les parties qu’il accuse d’entraver ses efforts.

    Le télégramme de l’agence de presse officielle algérienne (APS) avait évoqué les services de renseignement français comme étant les parties qui troublent les relations entre les deux pays.

    Selon le télégramme, les intérêts français ne cachent plus leurs manœuvres pour opérer une rupture dans les relations algéro-françaises. Le président français a insisté pour aller vers la reconstruction des relations avec l’Algérie en s’appuyant « sur l’amitié et l’engagement » du président Abdelmadjid Tebboune.

    Les parties qui troublent les relations entre les deux pays sont les Français d’origine algérienne, qui ne cachent pas leur affection et leur révérence pour le Makhzen, selon le télégramme de l’APS.

    Ces parties ont utilisé le bâton pour entraver la réconciliation avec l’Algérie. Le président français est susceptible de cibler ces partis avec sa déclaration, en raison de leur utilisation continue du bâton dans la roue de la réconciliation avec l’Algérie.

    Malgré l’investiture des présidents Tebboune et Macron et l’organisation de certains ateliers visant à restaurer les relations bilatérales, ces relations sont toujours en place.

    Les ateliers sont toujours en place, notamment le dossier de la mémoire en raison de la nostalgie qui attire encore les partis français extrémistes, du rêve de « l’Algérie française ».

    Cela se manifeste à travers la formation du comité mixte chargé de traiter le dossier du passé colonial pour la France en Algérie, inondé de noms affiliés à l’extrême droite, connue pour sa pénétration dans les groupes de pieds noirs hostiles à tout ce qui est relatif à l’Algérie.

    Article précédentLe projet de gazoduc Maroc-Nigeria confronté à l’obstacle du Sahara occidental
    Article suivantL’Espagne envoie un navire militaire à la frontière avec le Maroc pour surveiller les côtes de Melilla