blank

En cas d’embargo, sur la Russie, le baril de pétrole pourrait crever le plafond en atteignant les 300 dollars voir plus. Le vice-Premier ministre russe, chargé de l’Énergie, Alexandre Novak va jusqu’à parler de « conséquences catastrophiques pour le marché mondial ».  

Se passer du pétrole russe, dans le cadre des sanctions prises par les occidentaux dans leur guerre économique contre la Russie pourrait porter les prix à un niveau jamais égalé dans toute l’histoire. Alexandre Novak l’a d’ailleurs souligné en affirmant qu’« il est tout à fait évident que le refus d’acheter le pétrole russe va aboutir à des conséquences catastrophiques pour le marché mondial ».

Et d’ajouter : « la flambée des prix risque d’être imprévisible et d’atteindre plus de 300 dollars pour un baril, voire plus », a rapporté l’agence de presse russe, citant ce responsable.

Les autorités russes soutiennent l’idée qu’à court terme, « il est impossible de remplacer les livraisons du pétrole russe vers le marché européen par celles d’une source alternative ».

« Cela prendra plusieurs années et ce sera bien plus cher pour les consommateurs européens qui seront les victimes principales d’un tel scénario », a-t-il averti.

Article précédentUkraine / les prisonniers maghrébins font-ils l’objet de tentatives d’embrigadement ?
Article suivantIl a interviewé Ben Salmane / Graeme Wood s’insurge contre la «manipulation»