En chiffres.. Importants investissements économiques et partenariats entre l’Algérie et la Chine

0
Algérie Chine
Advertisement

La République populaire de Chine est considérée comme l’un des partenaires économiques les plus éminents de l’Algérie, et parmi ses pays amis, ce qui a été confirmé par les déclarations des dirigeants des deux pays concernant la compatibilité des visions entre eux, en plus des statistiques officielles relatives à la l’économie, le volume des investissements et les échanges économiques entre les deux pays.

À cet égard, l’agence de presse turque Anatolie a publié un rapport intitulé « La Chine fluctue l’influence en Algérie », qui évoquait le déclin économique de la France au profit de la Chine en Algérie.

La même agence a révélé que, depuis 2013, la Chine est en tête de liste des exportateurs, devenant ainsi le premier partenaire commercial de l’Algérie.

La même source a souligné que le rapprochement sino-algérien est intervenu à la suite de la crise financière mondiale de 2008, au cours de laquelle Pékin a profité des dommages causés à l’économie européenne et a renforcé sa présence en Algérie.

Concernant les statistiques officielles du partenariat économique entre l’Algérie et Pékin, le volume des échanges commerciaux sino-algériens en 2019 s’est élevé à 8 milliards de dollars, dont 7 milliards en valeur de ce que la Chine exporte vers l’Algérie.

La Chine a également mis la main sur les plus grands projets en Algérie, comme l’achèvement de la Grande Mosquée, qui est prévu pour 1,5 milliard de dollars, les projets de l’autoroute Est-Ouest avec plus de 11 milliards de dollars, et d’autres projets tels que le Projet de renouvellement de l’Opéra d’Alger et de l’Aéroport Houari Boumédiène et réalisation de logements.

En 2019, la Chine a accepté, c’est-à-dire avec l’adhésion de l’Algérie à l’initiative « la Ceinture et la Route », de mener à bien le projet du plus grand port d’Afrique d’une valeur de 6 milliards de dollars, projet toujours à l’étude à l’heure actuelle, sur ordre du le président de la République, Abdelmadjid Tebboune.

Pékin a signé un accord pour investir 7 milliards de dollars, afin de produire 5,4 millions de tonnes d’engrais agricoles, en convertissant les phosphates en engrais.

Trois sociétés chinoises se sont également associées à l’Algérie, avec un investissement initial de deux milliards de dollars, pour extraire le minerai de fer de la mine de Ghar Jbeilat, dont les réserves sont estimées à 3 milliards de tonnes de ce matériau.

La société nationale des hydrocarbures Sonatrach a récemment signé un nouveau contrat d’hydrocarbures avec la société chinoise Sinopec, dans lequel le montant total des investissements prévus dans le plan de développement est estimé à environ 490 millions de dollars américains, alors qu’il permettra la récupération d’environ 95 millions de barils de pétrole.

Article précédentKIA prête à relancer son usine de Batna : un important taux d’intégration et des postes d’emploi à la clé
Article suivantHajj 2022: Les pèlerins algériens sont-ils concernés ?.. L’Arabie saoudite prend de nouvelles mesures concernant l’eau de Zamzam