Ainsi, selon le directeur des fabrications militaires (DFM) au ministère de la Défense, le général-major Salim Grid, «la DFM aspire à investir les marchés africain et international».

Dans un interviewe accordée à la revue EL Djaich, le général Grid a expliqué que « les efforts consentis par le haut commandement de l’Armée nationale populaire convergent essentiellement vers la contribution à la relance de l’économie nationale, à travers la réduction de la facture des importations et l’encouragement des exportations ».

Toujours selon la même source, « les produits fabriqués par la DFM ne se limitent pas aux applications militaires, mais s’étendent davantage aux applications paramilitaires et civiles». À titre d’exemple,   le directeur des fabrications militaires a cité les camions et véhicules utilitaires et les explosifs à usage civil ainsi que les groupes électrogènes.

S’agissant de la future stratégie des fabrications militaires, il a expliqué que celle-ci vise à « affermir leur contribution à la concrétisation du programme de la relance économique et l’enrichissement du tissu industriel national, dont le premier fruit s’est traduit par la reprise d’une entreprise publique en difficulté économique et financière, en l’occurrence l’EPE-SNVI.

« Cette dernière a rejoint les établissements de l’ANP au début du mois de novembre, et elle constituera un pôle industriel d’excellence, versé dans la fabrication des différentes parties des véhicules et des engins, a-t-il souligné.

Article précédentCovid-19 en Algérie / la barre symbolique des 400 cas par jour franchie
Article suivantDécès liés à la Covid / quasiment tous ne sont pas vaccinés, selon le ministre de la santé