Factures de gaz et d’électricité trop élevées !?? Voici les raisons

0
Facture électricité
Advertisement

Algerie: Fadi Tamim, membre de l’Organisation nationale pour la protection et l’orientation des consommateurs, s’est exprimé alors qu’il était invité sur l’une des chaînes de télévision, sur les raisons des factures élevées de gaz et d’électricité.

Fadi Tamim a révélé que la raison des factures élevées d’électricité et de gaz est due à la méthode de calcul de la tarification, qui est divisée en 4 catégories.

Le même responsable a expliqué que la consommation totale du citoyen algérien est divisée en catégories, la première catégorie est estimée à 125 kilowatts, et si elle dépasse la limite spécifiée, elle tombe dans la deuxième catégorie, dans laquelle le prix augmente.

Si le client dépasse la limite fixée pour la deuxième catégorie, il entrera dans la troisième catégorie, donc le prix augmentera, et si la troisième catégorie est dépassée, il entrera dans la quatrième catégorie, donc le prix augmentera encore plus.

Le conférencier a souligné que chaque catégorie a un prix spécifique, et plus on passe d’une catégorie à l’autre, plus le prix augmente.

Tamim estime que fixer la valeur de la première catégorie à 125 kilowatts est injuste pour le client, car il est facile de la contourner, soulignant la nécessité de l’étendre .

L’Organisation nationale pour la protection et l’orientation des consommateurs a également appelé à réduire le délai de paiement de la facture d’électricité, affirmant que plus le délai de paiement est long, plus le citoyen dépasse les catégories spécifiées pour atteindre la quatrième catégorie, qui est plus chère.

Pour sa part, le PDG de Sonelgaz, Mourad Ajal, a révélé que l’Algérie produit actuellement plus de 24 000 mégawatts d’électricité, dont environ 14 000 mégawatts sont exploités aux heures de pointe

Article précédentLe ministère de la Défense ouvre les portes pour rejoindre l’armée
Article suivantVidéo| Colère en Tunisie face à une déclaration d’un analyste qui la considérait comme une « province algérienne »