France: Des développements prometteurs pour le succès de la visite de Macron en Algérie

0
Macron tebboune
Advertisement

France Algerie: Les autorités françaises ont réussi à calmer la question des visas, qui figurait parmi les raisons ayant contribué à l’aggravation des relations entre l’Algérie et Paris, après la décision de cette dernière de les réduire de moitié en septembre dernier, en réponse à ce qu’elle considérait comme un manque de coopération de l’Algérie. en expulsant les immigrés clandestins ayant épuisé les procédures de séjour sur le sol français.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a été interrogé par des journalistes de BFM TV sur la possibilité pour les autorités françaises de faire pression sur l’Algérie et ses voisins maghrébins (Tunisie et Maroc). Ses résultats sont ce que Paris avait espéré.

Dans un geste historique, le responsable français a évoqué d’autres considérations qui s’opposent à lier le visa à la réponse à la question de l’immigration clandestine, lorsqu’il a déclaré : « Il existe des relations amicales avec ces pays », faisant référence à l’Algérie, la Tunisie et Le Maroc, autre fait qui pousse les autorités françaises à revoir sa position sur la question des visas.

Le ministre français de l’Intérieur, malgré les obstacles légaux et réglementaires qui s’opposent à l’expulsion des immigrés clandestins, a évoqué l’avancée de ce dossier sensible, dans un discours qui semblait peu caractéristique du ministre français de l’Intérieur, connu pour ses positions dures sur la question de l’immigration, qui s’est rapprochée dans les Temps précédents de l’extrême droite, emmenée par Marine Le Pen.

en septembre dernier, Paris a annoncé une réduction de 50% des visas aux Algériens, une décision que l’Algérie n’a pas acceptée.La dimension humaine est fondamentalement au cœur des particularités de la relation algéro-française et du partenariat exceptionnel qui lie les deux pays, notamment la gestion des flux humains qui nécessitent une coopération franche et ouverte marquée par l’esprit de partenariat.

L’Algérie et la France sont régies par un accord célèbre qui a été révisé plus qu’eux, qui est l’accord de 1968, qui réglemente la circulation des personnes entre les deux pays, et donne également aux Algériens un privilège sur les autres ressortissants du reste des pays du Maghreb. , qui a accru la colère de la partie algérienne, après quoi les relations bilatérales sont entrées dans une crise majeure, après les déclarations irresponsables du président français, Emmanuel Macron, au cours desquelles il a affirmé qu’il n’y avait pas de nation algérienne avant l’occupation française en 1830.

La tendance de la partie française à l’apaisement, intervient au moment où les relations bilatérales commencent à se redresser, marquées par le retour de la communication entre les présidents algérien et français, après ce qui avait été complètement coupé, le président Tebboune s’étant auparavant refusé à répondre. à un coup de téléphone de Macron, selon le journal « L’Opinion ». La France, au plus fort de la crise en novembre 2021.

Il y a moins d’un mois, le président français communiquait avec son homologue algérien en deux temps, à l’occasion de la célébration du soixantième anniversaire de la fête de l’indépendance, et Macron annonçait la date imminente de sa visite en Algérie en réponse à l’invitation faite par Le président Tebboune, avant qu’un autre développement ne se produise, représenté dans la signature d’accords dans le domaine de l’énergie, qui stipule En augmentant le volume des exportations de gaz vers la France.

Il y a moins de deux semaines, le géant français de l’énergie, Total Energy, bénéficiait d’un accord conjoint lucratif avec le géant italien « Eni » et la société américaine « Occidental » pour produire du pétrole et du gaz dans un champ du sud-est algérien, d’une valeur de quatre milliards d’euros. dollars.

Cette évolution contribuerait au succès de la prochaine visite du président français en Algérie, visite sur laquelle les deux parties misent sur le rétablissement des relations bilatérales dans la stabilité qu’elles connaissent depuis des années.

Article précédentGazoduc transsaharien : l’Algérie abrite la troisième réunion trilatérale
Article suivantAlgerie: libération de l’ex-ministre Khalida Toumi