L’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud,a été distingué par le prix international de la laïcité dans sa 15e édition.

Prenant la parole lors de la cérémonie de remise de ce prix à l’Hôtel de Ville de Paris, Kamel Daoud a prononcé un speech dans lequel il est revenu sur le mot « laïcité », pour dire qu’il « ne s’agit pas de séparer seulement l’Église de l’État, mais également la liberté de la mort, la croyance de la vérité, le marchandage de la foi, la violence de l’acceptation, la tolérance de la ruse et le vivre du survivre.

Pour Daoud, la laïcité est un idéal qu’il faut « défendre ». « J’aime y mettre mon espoir de voir chacun poursuivre son chemin intime, dans sa liberté, sans imposer à l’autre la vérité qui n’est jamais humaine », a-t-il dit.

Il convient de noter que ce prix est attribué chaque année depuis 2003, par le Comité Laïcité République (CLR), qui promeut la laïcité dans le débat public en France.