Mohamed Arkab

Le ministre de l’Energie et des Mines Mohamed Arkab a affirmé, vendredi à Sorrente, en Italie, l’engagement de l’Algérie dans la transition énergétique progressive à travers la diversification des principales sources d’énergie actuelles.

« L’Algérie s’est engagée dans une transition énergétique progressive « , a déclaré Arkab lors de sa participation au forum « Vers le Sud : La nouvelle stratégie européenne géopolitique, économique, sociale et culturelle en Méditerranée ».

Il a ajouté : « C’est en diversifiant les principales sources d’énergie actuelles et en intégrant des énergies à faible empreinte carbone dans le mix énergétique telles que les énergies renouvelables, l’électricité et l’hydrogène, et qu’une stratégie nationale de développement de l’hydrogène est actuellement en cours d’élaboration ».

Au cours de cette rencontre, organisée par le ministère italien du Sud et de la Cohésion régionale, en coopération avec le think tank italien « The European House-Ambretti », le ministre de l’Énergie et des Mines a souligné « le rôle principal du secteur énergétique et minier en tant que moteur du développement économique et l’importance de la coopération dans le secteur des hydrocarbures dans la région.

Le ministre a souligné que « le secteur de l’énergie et des mines en Algérie est un secteur ouvert à l’investissement à travers un cadre juridique stimulant, qui offre de nombreuses opportunités de partenariat dans de nombreux domaines ».

Arkab a également souligné « les nombreux efforts de l’Algérie pour développer des capacités tout au long de la chaîne des hydrocarbures grâce à des investissements importants, qui s’inscrivent dans une démarche visant à renforcer le rôle de l’Algérie en tant que fournisseur fiable qui assure des approvisionnements sûrs et continus ».

Le ministre a également souligné « la nécessité de renforcer les liens énergétiques entre les pays des deux rives de la Méditerranée pour faire face aux défis communs liés à l’urgence climatique, qui créeront sans aucun doute de nouvelles opportunités économiques et commerciales, de nouvelles richesses et de nouveaux emplois ».

En outre, « la nécessité de prendre en compte les différences en termes de priorités nationales, mais aussi en termes de capacités de développement et de financement entre les pays du sud et du nord de la Méditerranée afin de parvenir à une transition juste et équitable à travers une approche diversifiée ». un mix énergétique qui utilise toutes les sources d’énergie disponibles.

Il convient de noter que la réunion a réuni le président de la République italienne, Sergio Mattarella, le président de la Chambre des députés Roberto Fico, le Premier ministre, Mario Draghi, et plusieurs ministres du gouvernement italien, ainsi que de nombreux décideurs de monde académique, politique, économique et international.

Parmi les sujets abordés sont; Le rôle des investissements dans les infrastructures au sud et en Méditerranée et la proposition de modèles pour renforcer leur développement, et le défi du capital humain face au défi de la transformation énergétique et numérique et du changement climatique.

Le forum a permis des rencontres interactives et des échanges sur les voies et moyens de développer des actions concrètes pour créer une plate-forme stratégique au niveau méditerranéen pour l’Italie du Sud et l’Europe.

Article précédentÀ la lumière d’une crise mondiale du blé..divulgation du pourcentage de la superficie allouée à la culture du blé dur en Algérie
Article suivantCorée du Nord: Le leader coréen Kim Jong-un déclare une guerre générale