L’employé qui avait interpelé le ministre de la Poste Brahim Boumzar au deuxième jour de la grève des postiers, pour lui dire qu’il occupe « un poste politique » et que « seul en enfant du secteur » peut résoudre les problèmes dans lesquels il est plongé a été suspendu ce samedi. La nouvelle a suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux.   

Dans une vidéo publiée sur son compte Facebook, l’intéressé a expliqué avoir reçu un courrier portant une décision de suspension « Ils m’ont suspendu parce que j’ai dit la vérité (…) ils l’ont fait parce que j’ai cherché la dignité du postier devenu comme un mendiant. Les employés de la poste ne peuvent plus joindre les deux bouts », a-t-il dit.

Cet employé qui s’était adressé au ministre de la poste au deuxième jour de la grève des postiers a accusé sans les identifier des responsables du secteur en disant qu’ « ils ne veulent pas de personnes intègres dans le cercle de décision d’Algérie Poste ».

Dépité, il a expliqué qu’il a fait face à une vague de dénigrement sans précédent après avoir tenu tête au ministre de son secteur. « Ils ont dit que nous faisions partie du mouvement Rachad. Je jure par dieux que si j’en faisais partie je le revendiquerais, mais je ne suis membre d’aucun mouvement ni parti », a-t-il précisé.

Sur les réseaux sociaux, la nouvelle a siccité l’indignation. Les internautes ont dénoncé ce licenciement.