Journal français: L’Algérie bénéficiera en 2022 d’un répit temporaire

0
Algérie bénéficiera en 2022
Advertisement

Un journal français a déclaré que l’Algérie bénéficiera d’un répit temporaire en 2022 en raison du pic des prix du pétrole et du gaz, selon des experts économiques.

Le Monde précise que les recettes attendues, estimées par le Fonds monétaire international, pourraient atteindre 58 milliards de dollars cette année.

Il considérait également l’Algérie, le mystérieux bénéficiaire de la guerre en Ukraine, en raison de l’énorme augmentation des prix des carburants liquides et gazeux, et la qualifiait de bouée de sauvetage sur laquelle l’Algérie comptait pour sauver ses caisses de la faillite.

Elle a ajouté que l’Algérie a de plus en plus de fréquentations, et se présente comme un partenaire « fiable », selon le discours officiel.

A cet égard, la quête européenne pour trouver des solutions alternatives au gaz russe élève l’importance stratégique de l’Algérie sur la scène régionale.

Le Monde a souligné que la hausse des prix peut se refléter négativement sur les initiatives de diversification économique que l’Algérie cherche à incarner.

Le journal s’interroge également sur le sort des initiatives visant à diversifier l’économie et à réduire la dépendance, à l’heure où il cherche à étendre sa position de fournisseur de long terme.

les analystes sont démentis par les spéculateurs de l’isolement diplomatique de l’Algérie, suite à la crise du Hirak et aux opérations diplomatiques offensives de l’opposant marocain concernant le dossier du Sahara occidental, d’autant plus qu’il s’agit de la troisième plus grande réserve de pétrole en Afrique.

Le même journal a indiqué que la dette publique pourrait passer de 50,7% du PIB en 2020 à 65,4% cette année, selon le Fonds monétaire international.

Une analyste française a également attribué la hausse de la dette publique au report des réformes structurelles et donc à l’exacerbation des facteurs de vulnérabilité, surtout à un moment où le régime tente de reprendre le contrôle après les troubles du mouvement populaire en 2019 et 2020.

Elle a souligné que l’impact soudain de la guerre en Ukraine ne diminue pas la gravité des défis sans fin dans l’économie dysfonctionnelle de l’Algérie, selon le journal français.

Article précédentRiyad Mahrez écope une nouvelle sanction
Article suivantEN: Découvrez le plan de Belmadi pour le match Algérie-Tanzanie