Justice: Le procès de Tayeb Louh et Said Bouteflika reprendra le 22 mai

0
Tayeb Louh
Advertisement

Algérie: Le juge de la cour d’appel criminelle près le Conseil judiciaire d’Alger a décidé de reprendre le procès de l’ancien ministre de la justice, Tayeb Louh , le frère de feu le président Saïd Bouteflika, et de leurs proches, le 22 mai.

La décision a été prise pour des considérations humanitaires, pour des raisons de santé, selon le journal francophone El Watan .

L’ancien ministre de la justice, Tayeb Louh, a demandé un report du procès pour des raisons de santé, mais le président de séance a refusé, la défense a donc décidé de se retirer de la séance, de sorte qu’il a été décidé de reprendre l’affaire le dimanche 1er mai.

les poursuivie dans cette affaire sont l’ancien ministre de la justice, Tayeb Louh, le frère et conseiller de l’ancien président de la République, Said Bouteflika, l’ancien inspecteur général du ministère de la justice, Tayeb Belhachem, le secrétaire général du même ministère , Lajine Zouaoui, et les juges Mokhtar Belhrach, Simon Sayed Ahmed, Khaled Bey, ainsi que l’avocat Derfouf Mustafa, en plus de l’homme d’affaires Ali Haddad.

La Cour d’appel criminelle du Conseil de la magistrature d’Alger a ouvert le procès des accusés, hier dimanche, dans trois affaires distinctes liées à l’échange de plusieurs SMS entre Saïd Bouteflika et Tayeb al-Louh et entre ce dernier et Tayeb Belhachem.

Les personnes concernées ont été accusées d’entrave à la justice, d’incitation à la partialité, de falsification de documents officiels et d’abus de pouvoir.

Les investigations ont révélé que des « instructions » visaient à annuler les mandats d’arrêt internationaux émis en 2013 contre Chakib Khalil, sa femme et ses deux fils, ainsi qu’à accepter le dossier de nomination des parlementaires lors de la session législative de 2017.

L’audience reprendra le dimanche 22 mai, tandis que Saïd Bouteflika sera jugé le 23 mai avec Ali Haddad, dans le cadre du problème de financement de la chaîne de télévision privée Continuité.

En octobre dernier, le tribunal correctionnel de première instance du tribunal de Casablanca (Alger) a condamné Tayeb Louh à 6 ans de prison et à une amende de 200 000 dinars.

Saïd Bouteflika a également été condamné à deux ans de prison et à une amende de 100 000 dinars. Quant à l’homme d’affaires Ali Haddad, il a également été condamné à deux ans de prison et à une amende de 200 000 dinars.

Article précédentErdogan: la Turquie est déterminée à renforcer la coopération avec l’Algérie dans le domaine des industries de défense
Article suivantL’Algérie n’achètera pas d’avions de pompiers cette année