À la fin de son réquisitoire, le procureur près le tribunal de Bainem (Alger) a requis une lourde peine de prison à l’encontre du coordinateur du Mouvement Démocratique Social (MDS), Fethi Gherras, poursuivi entre autres, pour « atteinte à la personne du président de la République » et dans le procès se déroule ce dimanche.

Le représentant du parquet a requis, ce dimanche, une peine de trois ans de prison, assortie d’une amende de 100 000 DA, a indiqué le comité national pour la libération des détenus (CNLD).

Le coordinateur du MDS est poursuivi pour « atteinte à la personne du président de la République », « outrage à corps constitué », « publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national », « diffusion d’informations pouvant porter atteinte à l’unité nationale », « diffusion d’informations pouvant porter atteinte à l’ordre public ».

Fethi Gherras avait été arrêté le 30 juin dernier. Son placement sous mandat de dépôt a été prononcé le lendemain.