La Casbah d’Alger : Renaissance d’un Trésor Historique

0
La Casbah d'Alger : Renaissance d'un Trésor Historique

Algérie – La Casbah d’Alger, ce joyau historique qui a traversé les siècles, connaît enfin un regain d’activité et de restauration. Après une période de léthargie, de nombreux projets de restauration voient enfin le jour, offrant ainsi une nouvelle vie à cette vieille citadelle emblématique. 

La Renaissance de la Casbah

En 2013, le ministère de la Culture algérien a lancé un plan ambitieux visant à restaurer les palais, les mosquées et les maisons historiques de la Casbah d’Alger. Doté d’un budget de 24 milliards de dinars, ce Plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé de la Casbah d’Alger (PPSMVS) promettait de redonner vie à ce site chargé d’histoire.

Cependant, les travaux avançaient lentement, et très peu d’édifices avaient été réceptionnés par le ministère de la Culture. Le processus de restauration s’est ensuite transféré à la wilaya d’Alger en 2016, avec une rallonge financière de 5 milliards de dinars pour l’ensemble des secteurs sauvegardés de la Casbah.

Les Réalisations Récentes

Ces dernières années, des progrès significatifs ont été réalisés dans la restauration de la Casbah. En 2021 et 2022, le complexe religieux et culturel Sidi Abderrahmane, la mosquée du dey et la poudrière de la citadelle ont été réceptionnés. Ces sites, désormais ouverts au public, témoignent de l’engagement des autorités à préserver le patrimoine de la Casbah.

Parmi les réalisations notables figure la réhabilitation de 143 ensembles de type colonial, soit 1515 logements, situés dans les secteurs sauvegardés. De plus, plusieurs édifices historiques tels que la demeure historique de la famille Bouhired M’barek et la maison Dar Bachtarzi ont été réceptionnés avec succès.

Projets Actuels et Futurs

Les travaux de restauration se poursuivent, avec un engagement à faire de la Casbah un pôle culturel majeur de la capitale. Actuellement, l’entreprise Mesmoudi est en charge de la réhabilitation du palais du dey et du palais des beys, en utilisant des matériaux traditionnels pour préserver l’authenticité de ces lieux historiques.

D’autres édifices religieux, tels que les mosquées Sidi Abdellah, Djamaâ Safir, Sidi Benali, Ben Fares (Djamaâ Lihoud), et Sidi M’hamed Cherif, sont également en cours de réhabilitation ou de restauration.

Un projet futur prévoit la restauration de Dar El Hamra et de l’ex-siège de daïra, confiés à l’entreprise Aït Djoudi. Le fameux palais Hassan Pacha, longtemps attendu par le public, devrait enfin ouvrir ses portes après une période d’arrêt des travaux.

Les Défis de la Restauration

Cependant, la restauration de la Casbah n’est pas exempte de défis. La question des propriétés murées de la Casbah demeure une préoccupation majeure. Environ 80% des propriétés dans la Casbah sont des biens privés, dont 35% appartiennent à des propriétaires inconnus. Les propriétaires, malgré l’importance historique de leurs biens, font face à des coûts élevés pour la restauration, sans mesures concrètes de financement de la part des pouvoirs publics.

La Casbah d’Alger, témoin d’une riche histoire, est en train de renaître grâce à des efforts de restauration considérables. Les réalisations récentes et les projets futurs témoignent de la détermination à préserver ce trésor historique pour les générations à venir. Cependant, la restauration de la Casbah pose encore des défis, en particulier en ce qui concerne les propriétés murées. Le chemin vers la préservation complète de ce site emblématique est semé d’obstacles, mais l’engagement envers son héritage reste intact. La Casbah d’Alger se prépare à écrire un nouveau chapitre de son histoire, dans le respect de son passé glorieux.

Article précédentCAN 2023 : Les Faveurs de l’Algérie, Selon Georges Leekens
Article suivantSahara Occidental : La Belgique dans le Collimateur du Roi du Maroc