La Libye utilise l’expérience algérienne dans le domaine des énergies renouvelables

0
energies renouvelables
Advertisement

Dans le cadre de sa quête de recherche de nouvelles sources d’énergie, le secrétaire général du ministère de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Mahama Bouziane, a reçu au siège du ministère à Alger , une délégation du ministère du Pétrole et du Gaz de la Libye . gouvernement d’union nationale , dirigé par le directeur général du département des affaires techniques et le gouverneur de la Libye à l’OPEP, Mustafa Abdullah bin Issa, pour examiner de plus près les étapes que l’Algérie a franchies dans la transition énergétique.

Plusieurs rapports internationaux prévoient que l’énergie renouvelable en Algérie occupera une position avancée au cours des 10 prochaines années, car elle sera classée troisième après le Sultanat d’Oman et le Maroc d’ici 2030, avec une capacité totale pouvant atteindre 10 000 mégawatts.

Le secrétaire général du ministère de la Transition énergétique a souligné, lors de l’entretien, les relations bilatérales fortes qui existent entre les deux pays frères, et l’importance que l’Algérie attache au voisin libyen à différents niveaux.

Les deux parties ont échangé des voies et des perspectives de coopération dans les domaines de la transition énergétique, des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique en construisant un partenariat entre les deux pays qui comprend l’échange d’expériences, de compétences et de connaissances et leurs utilisations dans le domaine agricole, la fourniture d’eau et d’électricité, et la coopération dans le domaine industriel des énergies renouvelables, ainsi que l’étude de leur développement conformément aux normes internationales, ainsi que le développement de l’hydrogène vert.

Les parties algérienne et libyenne ont passé en revue leurs stratégies sectorielles et les programmes prévus dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, notamment le programme de diffusion de l’éclairage solaire dans les espaces publics, les voies de coopération dans le domaine de l’efficacité énergétique et la possibilité de bénéficier de l’innovation pionnière Expérience algérienne menée par l’Agence Nationale pour la Rationalisation et la Consommation d’Energie.

Le programme d’énergies renouvelables de l’Algérie vise à doubler la production d’électricité propre du pays par 20 d’ici 2030 à plus de 10 gigawatts.

L’Algérie prévoit d’ajouter 1 000 mégawatts par an dans le cadre d’un plan visant à ajouter 15 000 mégawatts de sources d’énergie renouvelables, en particulier l’énergie solaire, d’ici 2035.

De son côté, la Libye vise à produire 22% de son électricité grâce aux énergies renouvelables d’ici 2030.

La partie libyenne a souligné l’importance de la formation des cadres, tant dans le domaine du montage de projets et de la conclusion de contrats, que dans le domaine de la recherche scientifique et du développement technologique, afin d’utiliser au mieux les compétences nationales internes et de valoriser leurs qualifications techniques.

Les deux parties se sont accordées sur l’importance de conclure un accord-cadre entre les deux pays dans le domaine de la transition énergétique, des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, et de l’incarner par une coopération concrète et la cristallisation des propositions discutées lors de la rencontre.

L’Algérie a révélé, au cours des derniers jours, que la production de la première quantité d’énergie solaire au niveau du projet d’énergie solaire « Solar 1000 MW », d’ici la fin de 2023.

Le projet « Solar 1000 », dont le coût de mise en œuvre est estimé à 1 milliard de dollars, est la première phase du programme de 15 000 mégawatts, qui nécessite un financement global estimé à 15 milliards de dollars.

Article précédentL’Algérie affronte le tenant du titre en quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations
Article suivantL’Algérie a décidé d’ouvrir les frontières terrestres.. La Tunisie connaît le paroxysme du Corona virus