La présidente hongroise dément le transfert de l’ambassade à Jérusalem

    0
    La présidente hongroise Katalin Novak

    Hongrie: La présidente hongroise, Katalin Novak, a démenti les informations selon lesquelles son pays aurait pris la décision de déplacer son ambassade à Jérusalem, ville palestinienne occupée par Israël.

    Lors d’une conférence de presse en République tchèque, Novak a nié que la Hongrie ait pris une telle décision et a déclaré qu’elle aussi avait pris connaissance de ces nouvelles via les médias.

    Cette déclaration intervient après qu’un journal hébreu a rapporté que la Hongrie avait l’intention de transférer son ambassade à Jérusalem le mois prochain, après d’intenses pourparlers entre les deux parties.

    La Hongrie est l’un des pays d’Europe de l’Est qui a rejoint l’Union européenne en mai 2004 et compte une population d’environ 10 millions d’habitants.

    Ces informations ont suscité de vives réactions parmi les Palestiniens et leurs partisans, car le transfert d’ambassades à Jérusalem est considéré comme une violation du droit international et une reconnaissance de facto de l’occupation illégale de Jérusalem-Est par Israël.

    L’administration précédente de Donald Trump avait reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël et y avait déplacé l’ambassade américaine, provoquant un tollé dans le monde entier et une condamnation unanime de la part de la communauté internationale.

    Bien que la Hongrie ait des relations cordiales avec Israël, il est peu probable qu’elle veuille se mettre à dos la communauté internationale et les pays arabes en transférant son ambassade à Jérusalem. Il convient de noter que la Hongrie a voté contre la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2017, qui appelait les États membres à s’abstenir de transférer leurs ambassades à Jérusalem.

    Article précédentLa campagne médiatique du Maroc et de son allié Israël contre l’Algérie : Qui est derrière elle ?
    Article suivantEmmanuel Macron ne rencontrera pas le roi du Maroc Mohammed VI lors de sa visite au Gabon