Le nouveau président nigérian met fin au projet de gazoduc maroc-nigéria

0
gazoduc maroc-nigéria

Le projet de gazoduc maroc-nigéria est sur le point de prendre fin, suite à une décision du nouveau président nigérian Paula Ahmed Tinubu, qui a récemment été élu. Depuis l’arrêt des travaux du gazoduc euro-maghrébin par l’Algérie, le projet maroco-nigérian a été critiqué par les médias marocains pour détourner l’attention de la population marocaine de cette décision.

Deux indicateurs remarquables ont été relevés dans le rapport préparé par la chaîne américaine « Al-Hurra ». Tout d’abord, le projet de gazoduc dépend de l’approbation de tous les 14 pays par lesquels il doit passer.

Ensuite, la question du Sahara Occidental constitue un obstacle majeur à la réussite du projet de gazoduc entre le Nigeria et le Maroc, car les Nations unies considèrent cette région comme une zone contestée.

Le Nigeria a-t-il donc décidé de tourner la page du gazoduc maroco-nigérian ? Il semble que le pays attende l’approbation des pays du continent occidental avant d’évoquer l’étude et les travaux d’achèvement. En effet, le gazoduc algéro-nigérien, passant par l’Etat du Niger, a déjà coupé sa dernière étape avant d’atteindre le continent européen, en passant par le sol algérien, ce qui en fait un projet plus concret que le gazoduc maroco-nigérian.

De plus, l’Union européenne a exprimé sa réticence à financer le projet marocain, qui coûte environ 25 milliards de dollars, alors que les ressources financières du système d’entrepôt marocain sont insuffisantes pour couvrir les besoins énergétiques du pays.

Face à ces obstacles, le haut-commissaire aux affaires étrangères et à la politique de sécurité de l’Union européenne, Josep Borrell, a déclaré que la priorité pour les Européens était de « donner priorité à l’investissement dans les énergies renouvelables et au soutien de projets viables ». Il a également précisé que la réalisation du projet de gazoduc maroco-nigérian ne se fera pas avant l’année 2046, ce qui rend son financement actuellement inutile.

En fin de compte, la décision du nouveau président nigérian Paula Ahmed Tinubu semble avoir mis un terme à un projet de gazoduc maroco-nigérian qui était déjà confronté à de nombreux obstacles. La priorité semble désormais être accordée aux projets énergétiques viables et durables, plutôt qu’à des projets coûteux et incertains.

Article précédentGaz : l’Europe a acheté deux milliards de mètres cubes de gaz algérien en janvier
Article suivantAir Algérie annonce la reprise des vols vers Amman à des prix promotionnels