Gaz Algerie

Les relations entre l’Algérie et l’Espagne connaissent une tension aiguë sans précédent, depuis que Madrid a changé sa position sur la question du Sahara occidental et son soutien à la proposition marocaine d’autonomie sur les terres sahariennes.

Au plus fort de la crise entre les deux pays, le dossier gazier est apparu comme le facteur le plus important de l’équation diplomatique, Madrid ayant exprimé sa crainte que l’approvisionnement en gaz ne soit affecté, tandis que le président Abdel Majid Taboun a rassuré les partenaires espagnols à cet égard.

A cet égard, le site spécialisé « Economista » a révélé que l’Algérie a réduit de 25% l’approvisionnement en gaz exporté vers l’Espagne.

La même source a transmis les données de surveillance quotidienne du système de gaz , qui indiquent une diminution du débit à travers le gazoduc Medgas, d’environ 25 % par rapport aux niveaux enregistrés à la mi-mars.

Cette pénurie, qui n’est pas considérée comme une violation de l’accord entre les deux pays, a provoqué une augmentation des prix de l’électricité.

Pour sa part, l’Algérie n’a pas parlé de cette question, ni fait de déclaration à cet égard.

Il est à noter que l’Algérie a toujours respecté les accords internationaux avec ses partenaires, ce qui a été confirmé par le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Alparis , récemment, au plus fort de la crise entre l’Algérie et Madrid.

Après la signature par l’Algérie d’un accord important sur la fourniture de gaz à l’Italie, Alparis a déclaré à son homologue italien : « L’Algérie est un pays qui respecte strictement ses contrats de fourniture de gaz, y compris ceux avec des entreprises privées en Espagne ».

Le ministre espagnol a souligné, plus tôt, que l’Algérie est un partenaire important et « fiable » de l’Espagne dans le secteur de l’énergie, notant que l’Algérie a toujours honoré ses engagements.

Quant aux prix, le PDG de la compagnie nationale, Sonatrach, a annoncé la possibilité d’augmenter les prix du gaz exporté vers l’Espagne, et d’exclure le reste des pays de toute augmentation des prix de cette substance.

Article précédentAfrique : flambée des prix des produits alimentaires et risques d’émeutes de la faim, selon le FMI
Article suivantUn nouveau coup porté au Maroc et Sanchez. L’Union européenne renouvelle son plein soutien à la piste onusienne au Sahara Occidental